Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sécurité

  • Les 22 vélos de la Maison du Tourisme Terres-de-Meuse ont été... volés à Burdinne!

    Les 22 vélos de la Maison du Tourisme Terres-de-Meuse ont été... volés à Burdinne!

    C’est un acte qui est totalement regrettable. Les vélos appartenant à la maison du tourisme Terres-de-Meuse ont été volés alors qu’ils se trouvaient à la ferme de la Grosse Tour à Burdinne. Au total, il y avait quatorze vélos électriques et huit vélos de ville. « Ils ont été dérobés fin mars mais nous n’avons pas de date précise car cela a été fait de manière très discrète. Et nous ne l’avons pas remarqué directement puisque nous n’utilisions pas encore les vélos pour la saison », indique Elodie Keysers, directrice de la maison du tourisme qui a pris ses fonctions en novembre dernier.

    Article à lire dans La Meuse H-W

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Vols
  • Dix pièges à frelons asiatiques installés sur la commune de Neupré: une première!

     

    Deux dans chaque village.
    Deux pièges installés dans chaque village. - Commune de Neupré

    C’est une première en province de Liège : la commune de Neupré a installé dix pièges à frelons asiatiques sur son territoire : deux dans chacun de ses villages. Ces petits boîtiers sont conçus pour attraper uniquement des reines de cette espèce de plus en plus présente sur notre territoire wallon, et qui constitue clairement un danger pour les autres pollinisateurs
    ... L’objectif est de capturer les reines pour ensuite les détruire.» Comment cela fonctionne-t-il ? « Les frelons européens sont trop gros pour entrer (plus gros que les asiatiques). Les autres insectes peuvent entrer et ressortir à leur aise par de nombreux trous. Par contre, les asiatiques peuvent donc entrer par des petits cônes mais ne peuvent pas ressortir car la structure en cône les oblige à déployer leurs ailes. Ils ont été installés à des endroits stratégiques, non pas en milieu urbain mais plutôt dans des endroits reculés, à la lisière de bois… où des nids risquent de se développer. »
    Tous les quinze jours, un passage est prévu afin de relever une potentielle prise...

    Article à lire dans la Meuse

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Animaux, Sécurité
  • Sécurité routière. Les conducteurs wallons doivent lever le pied

    Capture d’écran 2021-04-11 à 18.38.30.png
    Nouvelle campagne "Profitons des bons moments. Pensons à ralentir"
    Voir le site de AWSR

    Plus de 1.000 accidents corporels directement liés à une vitesse excessive ont été dénombrés en 2020 sur les routes wallonnes malgré une moindre circulation à cause de la pandémie!
    L’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) invite les Wallons, à travers sa nouvelle campagne « Profitons des bons moments. Pensons à ralentir », à lever le pied. La campagne sera visible durant l’ensemble du mois d’avril sur les routes wallonnes.
    Près d’un accident mortel sur trois est principalement dû à la vitesse !

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Mobilité, Sécurité
  • Les sirènes d’alerte nucléaire à Huy-Waremme, c’est fini: inscrivez-vous à BE-Alert

    B9726608199Z.1_20210401165552_000+GT3HSL2VQ.1-0.jpg

    Ces 7 et 8 avril, le réseau d’alerte géré par le centre de crise sera démonté.
    Ce réseau était composé de sirènes installées autour des entreprises Seveso et des sites nucléaires. La solution alternative pour être informé de la conduite à suivre en cas de situation d’urgence ?
    Le SMS, l’email ou le téléphone mais il faut s’inscrire sur BE-Alert. https ://be-alert.be/
    Article à lire dans la Meuse

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Sécurité
  • Hamoir, les pompiers recrutent des volontaires

    Capture d’écran 2021-03-23 à 19.07.15.png

    Voir le site

    Capture d’écran 2021-03-23 à 19.06.21.png

    Pour toute question: un mail à info.zshemeco@gmail.com

    Voir également l'article à lire dans l'Avenir

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Sécurité
  • Modave. Sécurité et mobilité: les actions en cours

    Suite des articles consacrés aux réalisations communales publiées par le groupe OSE à Modave, voici les actions concernant la sécurité et la mobilité.

    2--1er-chevin-Bruno-dal-Molin.jpgCes différents projets sont commentés par le 1er Echevin Bruno Dal Molin (sports,  travaux, voiries, espaces verts, cimetières, environnement, transition énergétique).

    "La Commune de Modave est traversée par trois routes régionales avec un trafic important et sur lesquelles nous avons très peu d'emprise", explique-t-il: " Il s'agit de la  vallée du Hoyoux avec la nationale Huy-Clavier-Ocquier. La route Liège-Dinant et la route Huy-Hamoir".

     

    Capture d’écran 2021-02-26 à 15.18.59.png
    Ce 28 février, une nouvelle ordonnance police annonce prévoit la fermeture complète de la chaussée, en semaine durant les heures de chantier, jusqu'au 30 juin minimum !  (La Meuse)

    COUP DE GUEULE : Chaussée des Forges : trop c’est trop !

    Nous déplorons comme vous la fermeture complète du trafic dans la vallée du Hoyoux en raison d’un chantier sur la chaussée des Forges à Huy. Sans aucune consultation ni information, cette voirie régionale a été interdite à toute circulation !  "Il faut se rendre compte, explique l'Echevin, que pour ce chantier de 7 mois, rien n'avait été prévu initialement en terme de mobilité, à l'exception d'une circulation alternée bien vite remplacée par une fermeture de la voirie".

    Les effets sur le village de Vierset ont été immédiats : une augmentation considérable d’un trafic de transit pendant les heures de pointe a vite été observée. Cette situation dangereuse nous a obligés à réagir dans l’urgence et à prendre des dispositions rapides rue Mont Ste Aldegonde.

    Capture d’écran 2021-02-26 à 15.14.41.png

    En 2021, un important investissement de 200 000€ est prévu pour sécuriser la traversée de Vierset, ces aménagements seront donc améliorés prochainement après en avoir analysé leurs effets, pour être pérennisés et assurer la sécurité de tous.
    Et l'Echevin conclut: "La priorité est la limitation de la vitesse et la sécurisation des trottoirs. La zone 30 sera élargie afin de sécuriser l'école dans le centre de Vierset où plus de stationnements doivent être prévus .
    Ces projets d'aménagements débattus à CCATM et à la CLDR  feront l'objet d'une consultation de la population".

     

    Des radars pour plus de sécurité financés (72.000€) par la Commune !

    Capture d’écran 2021-02-26 à 15.15.09.pngComme la majorité de notre population, le groupe OSE est très sensible au problème de la vitesse excessive sur nos routes. Notre Bourgmestre a déjà interpellé la Zone de police à plusieurs reprises, en demandant également des radars supplémentaires sur notre territoire.

    Au vu des difficultés rencontrées pour en obtenir, le Collège OSE a prévu, dans le budget communal de 2021, l’achat et le placement de 2 radars répressifs pour la somme de 72.000€. C’est un signal fort que nous voulons donner. Une étude sera réalisée pour déterminer les 2 endroits les plus appropriés.

    En outre, des études sont actuellement en cours pour permettre aux radars tronçons de flasher par derrière et non par devant comme c’est le cas actuellement. Cela permettra d’en installer un dans la vallée du Hoyoux, ce qui obligera les personnes y circulant d’adapter leur vitesse pour le plus grand plaisir des riverains.

    La sécurité et la mobilité dans nos villages constituent une priorité qui contribue à la qualité de vie. Elles réclament une attention de tous les instants. Elles revêtent bien des aspects : vitesse, stationnement, espaces pour les piétons et les cyclistes... Elles nécessitent de la sensibilisation, de la prévention et de la répression à l’égard du manque de civisme d’une minorité d’usagers.

    Capture d’écran 2021-02-23 à 14.03.12.pngC’est dans cet esprit que le groupe OSE travaille au quotidien. Cette action est transversale. Elle touche ainsi les gros dossiers, comme la future liaison Tihange-Tinlot (voir l'article) qui nécessite une vigilance stricte pour se prémunir au maximum des conséquences négatives en matière d’insécurité routière dans les voiries avoisinantes. Elle concerne des routes nationales et communales, avec le vaste chantier de réflexion amorcé pour rendre plus sûre la traversée de Vierset. Cette action se traduit aussi par de plus petits aménagements, tels que les alentours de l’école Sainte Famille.
    Notre préoccupation porte également sur la mobilité douce (voir l'article), que ce soit avec l’entretien et la réhabilitation de sentiers pédestres et notre projet d’aménagement cyclo-pédestre du sentier reliant la rue Bois Rosine à Strée à la rue des Aubépines aux Gottes.
    Malgré tous ces efforts, gardons à l‘esprit que la sécurité et le bien-vivre ensemble sont la responsabilité de tous !
    OSE février 2021, à télécharger ici
    A suivre

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Mobilité, Modave, Sécurité
  • Rappel: les numéros d'urgence et le menu à option

    https://static.blogs.sudinfo.be/media/150/1815786430.png

    Depuis le 11 février, à l'occasion de la journée européenne du 112, la Belgique a introduit un menu à option pour les numéros d'urgence 112 et 101. En situation d'urgence, vous pouvez appeler aussi bien le 112 que le 101 pour joindre un des trois services de secours (pompiers, ambulance ou police). Dans tous les cas, vous êtes aidé, même si vous ne faites pas de choix ou si vous faites un choix erroné.

    IVR_banner_FR_def.jpg

    Un menu à option pour les deux numéros d'urgence
    Que vous appeliez le 112 ou 101 , le menu à option vous permet de choisir l'aide dont vous avez besoin : les pompiers, une ambulance ou la police. Une fois ce choix posé, vous êtes mis en contact avec un opérateur de la centrale d'urgence qui peut envoyer directement les secours dont vous avez besoin.

    Ce menu à option facilite votre choix en situation d'urgence et permet d'éviter le transfert de votre appel du 112 au 101 (ou vice-versa). Le menu à option est similaire à celui de l'App 112 BE grâce auquel vous choisissez l'aide dont vous avez besoin (ambulance, pompiers ou police) au moyen d'une icône. Que ce soit par le biais de l'App 112 BE ou du menu à option, vous êtes directement mis en contact avec la centrale d'urgence adéquate.

    Pour rappel : en Belgique, le SPF Intérieur recommande d'appeler le 112 pour obtenir l'aide urgente d'une ambulance ou des pompiers. Pour la police, vous pouvez également appeler le 101. Derrière ces deux numéros se trouvent deux centrales d'urgence différentes avec des processus différents pour la gestion des appels urgents : l'une pour l'aide médicale et les pompiers, l'autre pour la police. Avant l'introduction du menu, si vous composiez le 112 pour demander une aide policière, vous étiez transféré au numéro d'urgence 101. Un temps précieux pouvait, du fait de ce transfert d'appel, être perdu.

    Dans tous les cas, vous êtes aidé.  Lire la suite sur https://www.sos112.be/fr/menu/

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Sécurité
  • Le bois de Tihange fermé ces mardi et mercredi en raison de chasses aux sangliers

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Chasse, battues
  • Record d’appels au Centre Antipoison en 2020

    Capture d’écran 2020-12-14 à 11.07.53.png

     
    « Nous avons quinze médecins et/ou pharmaciens qui occupent notre permanence téléphonique », nous lance d’emblée Patrick De Cock. « L’année dernière, nous avons reçu 60.668 appels, cette année ce sera probablement près de 65.000, grâce en partie au Covid-19, et c’est le chiffre le plus élevé des 57 ans d’histoire du Centre Antipoisons ».
    Certes l’équipe est prête (elle fonctionne toujours avec 3 personnes en même temps) et elle s’adapte à toutes les situations. On téléphone au Centre Antipoisons pour des intoxications en tous genres… actuellement pour ne citer qu’un exemple, ce sont les intoxications à cause des châtaignes. Avant cela, c’était les champignons.
    La période des fêtes est toujours plus critique mais de manière « classique » en cette fin d’année : des appels pour des soucis d’alcool, d’intoxication, etc.
    Mais depuis le début de l’année, une nouvelle « donne » est venue s’ajouter à la liste : les intoxications dues au virus. Des appels, pour plusieurs choses. Ainsi, le centre a reçu des appels pour de graves lésions oculaires dues aux éclaboussures de gels hydroalcooliques chez les enfants. Ainsi, le directeur général adjoint du centre, Dominique Vandijck précise : « Nous tenons tout d’abord à souligner que les gels hydroalcooliques sont très utiles et nous ne voulons pas décourager leur utilisation, au contraire. Mais, néanmoins, soyez vigilants. En cas d’exposition, il est préférable d’appeler immédiatement le Centre Antipoisons et il est très important d’immédiatement bien rincer l’œil à l’eau tiède et pendant 15 minutes. Surtout, n’attendez pas que des plaintes telles que des douleurs et des irritations apparaissent ». Pourquoi les enfants sont-ils particulièrement touchés ? « Les distributeurs sont souvent placés à une hauteur telle que l’alcool peut facilement et directement atteindre leurs yeux », poursuit Patrick De Cock. Autre (nouvelle) raison des appels : le nombre d’accidents avec des produits chimiques ménagers a fortement augmenté. Notamment avec la javel ! 1.024 accidents ont déjà été recensés, soit 2 fois plus qu’une année « normale ».
    Enfin, au Centre Antipoisons, ce qui inquiète les médecins, ce sont les appels des personnes isolées (ou pas) en cette fin d’année et c’est clairement lié au virus. Des appels notamment pour des tentatives de suicide. Le centre, vu les chiffres actuels déjà, estime avoir plus de 4.000 appels liés au Covid : « Oui, nous avons quelques craintes pour les prochaines vacances », annonce encore le coordinateur en communication.
    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : conseils pratiques, Sécurité
  • Belgique terrorisme. L’OCAM se dote d’un site internet d'information au public

    L’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM) se dote d’un site internet mis en ligne vendredi dernier: https ://ocam.belgium.be.

    Capture d’écran 2020-12-14 à 11.16.00.png
     
    « Accessible dans les trois langues nationales belges ainsi qu’en anglais, il nous permettra de communiquer directement avec le public. En temps de crise, le site web sera utile pour fournir rapidement des informations correctes et fiables », explique l’Organe.
    Outre le niveau de menace actuel en Belgique, le site web met également à disposition un certain nombre de publications sur le fonctionnement de l’OCAM, qui se dote pour l’occasion d’un nouveau logo.
    Les ministres de la Justice Vincent Van Quickenborne et de l’Intérieur Annelies Verlinden se réjouissent de ce lancement, ont-ils indiqué dans un communiqué commun.
    « Conformément à l’accord de gouvernement, l’OCAM joue ainsi la carte de la transparence et de la communication ouverte en matière de menaces terroristes (…) Ces derniers mois, plusieurs pays, dont la France et l’Autriche, ont été victimes de nouveaux attentats terroristes. Ces faits tragiques nous rappellent que le risque zéro n’existe pas. Notre priorité absolue est toutefois de garantir au maximum la sécurité de nos citoyens. C’est la raison pour laquelle nous devons les informer des menaces potentielles. »
    Pour Vincent van Quickenborne, « ce site nous permet d’offrir aux citoyens une transparence maximale au sujet du niveau de la menace mais également concernant certaines analyses stratégiques. Et des citoyens dûment informés sont des citoyens avertis. »
    « La lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme est l’une de mes priorités », renchérit Annelies Verlinden. « Un échange d’informations efficace et une détection précoce sont indispensables à cet égard. Et le lancement du site internet de l’OCAM y contribuera certainement. »

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Sécurité
  • Les SMS suspects peuvent désormais être transmis à suspect@safeonweb.be

    Capture d’écran 2020-12-13 à 16.13.31.png

    Bonne nouvelle ! Désormais, vous pouvez aussi envoyer les SMS suspects (ou les tentatives de smishing) à suspect@safeonweb.be. Il suffit de joindre une capture d'écran et nous bloquerons le lien dans ce message !

    Il y a quelques mois, nous avons déjà mis en garde contre une vague imminente de tentatives de smishing. Nous recevons toujours une centaine de signalements de tels messages frauduleux par jour. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez désormais transférer ces messages à suspect@safeonweb.be. Il suffit de prendre une capture d'écran et de la transmettre.  Notre technologie est capable de détecter les liens dans ces images. Si les liens renvoient vers des pages web malveillantes, nous pouvons faire bloquer ces pages.

    Les cybercriminels exploitent l’actualité pour titiller votre curiosité et vous faire cliquer sur des liens. En ayant recours au smishing, des escrocs font miroiter des choses liées à la crise du coronavirus. Les messages provenant soi-disant des autorités, d’une banque ou d’un service de livraison continuent eux aussi à tourner. En ce moment, des messages liés à la période de Noël circulent également : belles offres, idées de cadeaux, livraison de colis...

    Ne tombez pas dans le panneau et faites toujours preuve d’esprit critique.

    Que faire ?

    • Ne cliquez pas sur le lien dans un message suspect.

    • Si vous avez bel et bien cliqué sur ce lien, ne remplissez pas les champs apparaissant à l’écran et coupez toute interaction avec le site.

    • Vous pouvez transmettre les SMS frauduleux à suspect@safeonweb.be. Pour ce faire, il vous suffit de faire un capture d’écran et de l’envoyer à suspect@safeonweb.be. Le contenu de votre signalement sera ensuite traité de manière automatique.

    Apprenez à reconnaître les messages frauduleux

    Faites le test du phishing et apprenez à ne plus vous faire avoir

    Voir le site

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : conseils pratiques, Sécurité
  • Recul de 20% du nombre de blessés en 2020

    B9725342870Z.1_20201124222844_000+G8NH4AMH7.1-0.jpg
    Septembre a pourtant été meurtrier cette année. - Isopix

    Si les assureurs doivent encore affiner leurs chiffres pour 2020, l’Institut Vias a sorti les siens ce mardi pour les neuf premiers mois de l’année. À l’échelle de la Belgique, le nombre d’accidents corporels a baissé de 17 %, soit 22.918 entre janvier et septembre compris contre 27.696 sinistres un an plus tôt à la même période.
    Le bilan des tués a également diminué de 16 % pour s’établir à 303 au lieu de 362. La diminution du nombre de blessés est encore plus forte avec 27.961 victimes (-20 %).

    Vias fait clairement le lien avec la limitation des déplacements, notamment lors du confinement du deuxième trimestre.
    L’Institut pointe toutefois deux éléments préoccupants. Le premier est un mois de septembre particulièrement meurtrier cette année, avec une hausse de 55 % des tués. Concrètement, nous avons déploré 48 décès sur la route, contre 31 en septembre 2019. Le temps très clément incitant à la balade a augmenté l’exposition au risque.
    « Le trafic est par ailleurs resté plus fluide que les autres années, ce qui a poussé certains conducteurs à prendre plus de risques. De manière générale, les accidents qui se sont produits pendant les neuf premiers mois de l’année n’avaient d’ailleurs plus été aussi graves depuis 2015 », pointe Vias.

    L’Institut relève aussi que, malgré le confinement, le nombre de tués sur les autoroutes (59) reste plus élevé qu’en 2016 (52), en 2017 (56) et en 2018 (58). Les trois premiers trimestres 2019 demeurent les pires avec 77 tués.

    Bons résultats wallons
    Le second sujet de préoccupation est la hausse conséquente du nombre d’accidents avec un cycliste, tant en Wallonie (+21 %) qu’à Bruxelles (+16 %).

    À propos de la Wallonie, ses moyennes sont meilleures que le niveau national avec - 18,7 % (17 %) pour les accidents corporels, - 21,1 % (16 %) pour les tués et - 22 % (20 %) pour les blessés. Si le nombre de tués baisse partout au Sud du pays, le Brabant wallon fait toutefois figure d’exception : il stagne à 12. Par contre, son nombre total d’accidents diminue de 23,4 %. C’est mieux que dans le Hainaut (-17,2 %) ou à Liège (-18 %).

    Par Yannick Hallet. La Meuse

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Accidents, Mobilité, Sécurité
  • Les étrennes des éboueurs compliquées: le porte-à-porte est interdit ! Soyez créatifs....

    L’Amaytois David Frison est éboueur depuis plus de 15 ans. Il travaille pour la société wanzoise Vanheede qui dessert une grande partie des communes de l’arrondissement de Huy-Waremme. David a en charge trois tournées : celles de Lincent, Saint-Georges et Amay.

    Chaque année, à l’approche des fêtes, avec ses collègues, dans ces 3 communes, il collecte les étrennes de fin d’année. Une tradition ancestrale qui permet à la population de remercier les éboueurs pour le travail difficile et ingrat qu’ils accomplissent par tous les temps. Et dans des conditions qui sont encore bien plus compliquées cette année 2020 frappée par la crise sanitaire.

    Problème : suivant les mesures imposées par le gouvernement fédéral pour lutter contre la propagation du virus, le porte-à-porte est interdit. Pas question pour les éboueurs d’aller sonner aux portes et de demander la petite dringuelle de fin d’année. Que faire alors ?

    Pas d’assouplissement en vue ( mais vous pouvez être créatifs...)

    Récemment, lors d’une réunion en visio-conférence des 84 bourgmestres de la province de Liège avec le gouverneur Hervé Jamar, plusieurs bourgmestres de la province de Liège se sont inquiétés de cette situation. « Le gouverneur Hervé Jamar lui-même a reconnu qu’il y avait dans cette pratique un aspect humain à ne pas négliger. C’est un métier qui est loin d’être simple », note Jean-Yves Segers, son porte-parole.
    Il a promis de relayer cette préoccupation au niveau Fédéral : « A ce jour, nous n’avons pas encore obtenu de réponse », fait savoir Jean-Yves Segers. « Or, seul le Fédéral peut apporter un assouplissement de la mesure. Sans cela, l’interdiction du porte-à-porte reste d’application », a-t-il ajouté.

    En attendant, le bourgmestre d’Amay, Jean-Michel Javaux, a invité David Frison à se montrer créatif. « En indiquant par exemple les heures de leur passage pour que la population qui le souhaite puisse glisser une enveloppe dans la boîte-aux-lettres ou l’accrocher au containeur. Une formule innovante comme l’ont fait des associations caritatives. Il faut s’adapter tout en respectant les mesures », insiste-t-il.

    A Marchin et dans certains quartiers de Huy, les éboueurs ont glissé une enveloppe vide dans les boîtes-aux-lettres. Chacun est libre d’y laisser la dringuelle qu’il souhaite.
    Pour David Frison, pas question d’enfreindre les mesures. Mais il regrette le porte-à-porte « qui permet aussi de rencontrer les citoyens. Sans le porte-à-porte, on part vers l’inconnu », conclut-il. ».

    La Meuse H-W

    Imprimer Lien permanent 2 commentaires Catégories : conseils pratiques, Sécurité
  • Chaque jour, on vole 232 vélos

    Touring demande aux autorités un plan d’action contre ce fléau et donne quelques conseils 

    high_d-20201207-GK7UZG.jpgForcément, il va rouler beaucoup moins bien...Isopix

    Alors que la pratique du vélo est de plus en plus encouragée, surtout dans les villes, Touring s’inquiète du nombre de vols de vélos. Et demande aux autorités de réagir de manière énergique. 
    « Chaque jour, 232 vélos sont volés en Belgique », s’exclame Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring « cela représente 144 millions d’euros par an. »
    Ces chiffres de vols sont une extrapolation. En effet, comme le relève Touring, « en 2019, 30.296 vélos ont été volés d’après les chiffres officiels (ceux de la police fédérale, NDR). Ce nombre reste à peu près stable d’année en année. Si nous précisons qu’il s’agit de chiffres officiels, c’est que 35 % des vols seulement sont déclarés. Il est permis de supposer que le chiffre réel se situe aux environs de 85.000, soit une moyenne de 232 par jour. Le préjudice augmente encore à la faveur du succès du vélo électrique. En 2019, le total représentait non moins de 144 millions d’euros. »
    Revendications
    Selon Touring, le moment est venu d’intensifier la lutte contre les vols. « Ce qu’on observe maintenant », reprend M. Stefani, « c’est que si tout le monde doit enfourcher un vélo pour faire ses courses et aller au travail, rien n’est fait ou presque pour la sécurité du « capital vélo ». En effet, si les pistes cyclables se sont multipliées comme des champignons tout l’été (essentiellement à Bruxelles, NDR), il n’a pas été de même pour les parkings vélos en toute sécurité ! ».
    Conseils
    Et de rappeler quelques vérités : « Un vélo normal revient facilement à 900 euros en moyenne, et un modèle électrique coûte environ 2.500 euros. » Selon Touring, il est donc temps que les autorités réagissent et élaborent un plan antivol. « Souvent, nous avons affaire à des vols organisés. Les pouvoirs publics pourraient se servir de vélos appâts pour confondre les voleurs.
    Ces vélos sont équipés d’un système de pistage. Aux Pays-Bas, le procédé a permis 600 arrestations, et le nombre de vols a diminué de 40 %.
    Manifestement, l’effort en vaut la peine », estime-t-on chez Touring.
    « Parallèlement, les autorités doivent investir davantage pour aménager des garages à vélos dans les endroits importants, et au niveau local, il serait bon d’inciter les cyclistes à faire graver leur engin. »
    Autres conseils : « Attachez toujours le vélo à un objet fixe avec un cadenas robuste, dans un endroit sûr, même si c’est pour quelques instants seulement. Fixez le vélo par le cadre. Un cadenas à clé est plus efficace qu’un code chiffré. (…) Conservez aussi une photo du vélo et une copie de la facture d’achat pour clarifier la description. Déclarez toujours le vol à la police. »
    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Sécurité