Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Police

  • Police du Condroz. Tinlot, des nouvelles de nos agents et un changement d'adresse mail

    1604112854.2.jpg
    Bruno Modave, arrivé à Tinlot en 2016

    Bruno Modave, un de nos deux agents de proximité, est très gravement atteint du Covid-19 depuis près d'un mois.
    Nous lui souhaitons beaucoup de courage pour surmonter cette épreuve et nous  manifestons toute notre sympathie à son épouse et sa famille.
    La seconde vague de cette pandémie semble avoir touché de nombreux policiers de la Zone du Condroz. Comme pour d'autres métiers de première ligne au service du public. Nous leur réitérons notre soutien.

     

    3421146767.2.pngAttention changement d'adresse de contact !

    Depuis quelques semaines, les différents postes de police de la Zone de Police du Condroz disposent d’une adresse mail professionnelle à utiliser OBLIGATOIREMENT.
    La seule adresse officielle à retenir pour contacter la police de Tinlot est la suivante :

    zp.condroz.quartier.tinlot@police.belgium.eu

    Merci donc de ne plus utiliser  police@tinlot.be  et de supprimer cette adresse mail car elle est totalement polluée de spams et tentatives d’arnaques en tous genres.
    Je vous invite à vérifier et à supprimer éventuellement les mails reçus avec l'ancienne adresse tinlot.be.
    L’adresse tinlot@policeducondroz.be qui était renseignée sur le site de la Zone de Police du Condroz n’existe plus également.

    Christophe Piret
    1er Inspecteur de Police
    ZP locale de Tinlot (ZP du Condroz)

  • Un réveillon calme pour les polices de Huy-Waremme: «Merci à la population»

    La nuit redoutée s’est finalement passée sans encombre dans l’arrondissement de Huy-Waremme. Aucune lockdown party n’a été constatée selon nos renseignements. Le bourgmestre faisant fonction de Huy, Éric Dosogne (PS), nous confirme qu’« à part des problèmes mineurs liés à du tapage nocturne, tout s’est bien passé » au niveau de la Ville de Huy.

    Idem du côté de la Zone Hesbaye-Ouest, où on évoque une « nuit très calme » sans intervention liée au respect des mesures covid. Dans la zone voisine (Hesbaye), même constat. À l’exception de « quelques pétards dans certains quartiers de Waremme mais qui n’ont pas duré », aucun problème n’a été signalé. « Les gens ont fait preuve de sagesse et ont respecté les règles. On peut remercier la population hesbignonne », souligne Jamers André, chef de corps de la Zone de Hesbaye.
    La Meuse H-W

  • Huy-Waremme. Vous n’échapperez pas aux contrôles d’alcool durant la période des fêtes !

    B9725474591Z.1_20201208195036_000+GCPH72HAE.1-0.jpg
    Les cinq zones de police seront attentives. - Photonews.

    À l’approche de la période des fêtes, comme chaque année, les contrôles d’alcoolémie sont plus nombreux. Si certains pouvaient penser que cette année, ils allaient y échapper. Il n’en est rien. Même si 2020 est marquée par la crise du coronavirus et par des mesures restrictives imposées à la population, les zones de police de Huy-Waremme seront bien sur le terrain et procéderont aux contrôles des usagers de la route. Nous avons interrogé les zones de notre arrondissement. Commissaires ou chefs de zone expliquent comment les forces de l’ordre travailleront sur le terrain en ces temps particulièrement compliqués.
    A la zone Hesbaye, André Jamers, le chef de zone confirme que les contrôles d’alcoolémie seront organisés. « Ils seront peut être un peu moins nombreux mais ils sont prévus. Il est demandé à chaque permanence mobile, dans la mesure du possible de procéder à des contrôles durant 30 à 45 minutes par prestation. À côté de cela, il y aura également des contrôles plus importants où l’on groupera plus de monde, à différents moments de la journée. En principe on est censés avoir moins de monde sur la route », détaille-t-il.

    A Huy : « Plus de manipulations à effectuer »
    Comme ailleurs, la zone de police de Huy maintient aussi ses contrôles d’alcoolémie. Mais sous certaines contraintes et en respectant les mesures sanitaires. Les alcootests traditionnels peuvent toujours être utilisés mais la désinfection sera d’autant plus importante. « Les policiers porteront masque, gant et les appareils seront désinfectés entre chaque contrôle. Les contrôles d’alcoolémie seront similaires aux autres années. Nous seront présents sur le terrain même si on sait que les chiffres seront moins importants car il y a énormément de manipulations à effectuer avant de faire souffler le conducteur suivant. Mais cela ne nous empêchera pas de le faire. Ce serait un mauvais signal de ne pas en faire ! », souligne Patrick Jaumotte, commissaire.

    Hesbaye-Ouest et Condroz même constat
    Le commissaire Struman de la zone Hesbaye-Ouest parle de son côté de contrôles mobiles. Installer des dispositifs plus importants semble compromis. « On assurera toujours nos missions en matière de contrôle de l’alcoolémie mais je pense que l’on va s’orienter vers des contrôles plus ponctuels. Les dispositifs importants sont plus compliqués pour le moment. Avec les réseaux sociaux, c’est moins efficace. En quelques minutes, de nombreux citoyens savent où l’on se trouve », indique-t-il. Des propos similaires qui rejoignent ceux de la police du Condroz. « Nous allons mettre en place des patrouilles supplémentaires pour les fêtes. Des contrôles seront organisés dans le cadre des mesures Covid ».

    « Pas question de frapper aux portes »
    Les fêtes de fin d’année seront particulières cette année. Chaque famille a droit à un contact rapproché. Pour les personnes isolées, elles peuvent inviter leurs deux contacts rapprochés à la fois, le 24 et le 25. Quant aux feux d’artifice, ils sont interdits. Et pour le réveillon du nouvel an le 31 décembre, le gouvernement ne fait pas mention d’assouplissement. Suite à l’annonce de ces mesures, de nombreux citoyens crient haut et fort qu’ils ne les respecteront pas. Du côté de la police, de manière générale pour Huy-Waremme, il ne sera pas question d’aller frapper aux portes des citoyens. « On surveillera mais il est hors de question d’aller voir aux fenêtres ou de frapper aux portes », indique André Jamers, chef de zone Hesbaye.
    Il semble cependant évident pour les forces de l’ordre que si de nombreuses voitures se trouvent devant une habitation et qu’un tapage nocturne est constaté, les habitants seront probablement verbalisés. « Il est évident que si nous recevons des appels qui nous indiquent que de nombreuses personnes se trouvent à un tel endroit, cela sera suivi d’un contrôle sur place », conclut le commissaire Struman, à la zone de police Hesbaye-ouest.
    La Meuse H-W

  • Avis de recherche. Tentative d’enlèvement d’une fillette

    Waremme - tentative d’enlèvement d’une fillette.
    Charline et son amie, manifestez-vous
     

    Des témoins clés.
     
    Le mardi 6 octobre vers 15h55, une enfant de 12 ans a été victime d’une tentative d’enlèvement, Place du Roi Albert 1er à Waremme.
    L’auteur se déplaçait à bord d’une camionnette blanche. Il est âgé entre 20 et 40 ans et est ventripotent. Il a les cheveux blonds, porte une barbe naissante claire et a d’épais sourcils. Il a un tatouage sur l’avant-bras gauche. Il portait une bague de couleur or à la main droite. Il s’exprime en français avec un accent.

    Deux précieux témoins sont intervenus.
    Il s’agit de deux jeunes filles. L’une d’elles se prénomme Charline. Elle est de corpulence mince et a les cheveux blonds portés en queue de cheval. Elle était vêtue d’un T-shirt, d’un jeans et d’une veste en jeans. Il est demandé à ces deux filles de se manifester auprès de la police, au 0800 30 300 ou avisderecherche@police.belgium.eu

  • Tinlot. Attention au lidar

    Capture d’écran 2020-10-26 à 17.59.21.png

    Levez le pied, le lidar du SPW est installé sur notre commune! 
    Photo N66 Zoning !
      Source
    Commune de Tinlot

     

  • Port du masque: la consigne est bien suivie dans notre arrondissement. Aucun P-V

    Les zones de police de l’arrondissement de Huy-Waremme sont unanimes : les règles sanitaires imposées sont globalement bien respectées, pour l’ensemble de la population. Dans chaque zone, les patrouilles ont été renforcées et sont dédiées au respect des consignes. En effet, suite au dernier Conseil national de sécurité, de nouvelles mesures sont entrées en vigueur, avec pour objectif de freiner la recrudescence de nouvelles contaminations. Par endroit, le port du masque a été rendu obligatoire. Dans la zone de police Meuse-Hesbaye (Verlaine, Wanze, Engis, Amay, Villers-le-Bouillet, Saint-Georges), des arrêtés identiques ont été pris pour faciliter la tâche des policiers.

    « Les bourgmestres des différentes communes se sont concertés et ils ont pris le même arrêté. Le port du masque n’est rendu qu’obligatoire dans le centre de Wanze. Nous avons remis en place notre patrouille Covid mais on mise principalement sur les avertissements et la prévention. Dans le cas où l’on est face à des récidivistes, on n’hésitera pas à verbaliser. Mais le but est d’attirer l’attention. Jusqu’à présent, nous n’avons dressé aucun p.-v pour le non-port du masque », indique le commissaire Thierry Mopin.

    Une manière de travailler que partage les autres zones de police. A la zone de police Hesbaye (Berloz, Crisnée, Donceel, Faimes, Fexhe-le-haut-clocher, Geer, Oreye, Remicourt, Waremme), c’est le même constat. « Il a été convenu qu’en cas de non-observation du port du masque, on donne un avertissement. La personne est alors identifiée. En cas de récidive, un p.-v est rédigé. On mise également sur la campagne de sensibilisation. Force est de constater qu’au niveau de la zone, les mesures sont globalement bien respectées. Nous saluons d’ailleurs l’attitude de la population hesbignonne. Les cafetiers respectent aussi », souligne le chef de zone André Jamers.

    « 99,9 % des gens respectent ! »
    A Huy, le port du masque est désormais obligatoire dans l’hyper-centre. Plusieurs fois par jour, des rondes de police sont effectuées. « Ce mercredi, nous sommes allés sur le marché à l’improviste. Tout le monde portait son masque à l’exception de deux personnes. Le port du masque est respecté à 99,9 % !», précise le commissaire Jasselette.

    Le chef de zone de la police Hesbaye-Ouest, Pascal Dodion a renforcé également ses équipes. « Nous sommes très présents sur le terrain. Nous n’avons aucune verbalisation à ce stade ». Rappelons qu’après 22h, la vente d’alcool est désormais interdite.

    Du côté de la police du Condroz, aucune des 10 communes n’a imposé le port du masque. Mais la police effectue tout de même des rondes régulièrement pour contrôler les mesures sanitaires. « Depuis le 12 mai, nous n’avons plus dressé de p.-v pour un non-respect du Covid-19. Les gens sont respectueux », conclut Yves Lizée, commissaire à la zone de police du Condroz.
    A.D. La Meuse

  • Les matches de foot interdits jusque fin août dans la zone Meuse-Hesbaye

    La préparation du futur championnat s’avère de plus en plus compliquée pour nos clubs. Alors que certains sont (ou ont été) à l’arrêt suite à des cas de coronavirus détectés au sein de leurs effectifs, une décision prise tombée ce vendredi matin va encore leur compliquer la tâche. En effet le collège de Police, composé par les six bourgmestres de la zone, a décidé d’interdire dès ce samedi toutes les rencontres prévues sur son territoire jusqu’à la fin du mois d’août.

    La Meuse Huy-Waremme

  • Contrôles des mesures Covid: Comment nos zones de police de Huy-Waremme s’organisent

    Zone de police Meuse-Hesbaye  : Une réunion est prévue ce vendredi avec les bourgmestres de la zone. « Nous allons voir ce qu’ils attendent et ce qu’ils souhaitent mettre en place », avance le commissaire Mopin qui n’exclut pas qu’une patrouille covid soit remise sur pied. Pour l’instant, c’est la permanence mobile classique qui assure les contrôles. Lesquels sont moins fréquents qu’au début de la pandémie où la police a dû intervenir pour des grands rassemblements.

    Zone de police Hesbaye. Un courrier pour rappeler les règles à respecter a été distribué à tous les exploitants du secteur Horeca. « Compte tenu de nos capacités en cette période de vacances, nous n’avons pas la capacité de dédier une équipe au covid. Lors de nos tournées, nous procèderons à des contrôles de manière ponctuelle. Dans un premier temps, il s’agira d’identifier et de conscientiser les personnes contrevenantes, avec avertissement à la clé. S’il y a récidive, on passera à la phase répression », prévient le chef de corps, André Jamers.

    Zone de police Hesbaye-Ouest. Dans l’arrondissement, c’est la seule zone à avoir réussi à maintenir depuis le début de la pandémie, une patrouille spécifique Covid, tant le week-end, qu’en semaine. « Le week-end passé, suite aux nouvelles mesures qui ont déjà été décidées jeudi nous avons fait de la prévention. Mais le week-end prochain, nous passons à la répression », prévient Pascal Dodion, chef de zone ff.

    Zone de police Huy. « On ne pourra pas être partout et tout vérifier », prévient le commissaire Romboux très remonté en cette veille de week-end. Il pointe le manque de personnel pour assumer ces nouvelles missions (contrôle du masque, distanciation sociale, heure de fermeture des cafés, etc) : « avec les congés et les malades, c’est 30  % d’effectifs en moins et alors que la vie sociale a repris, on nous demande de nous décupler, c’est le règne de la débrouille », fulmine-t-il.
    Néanmoins, il estime que les règles Horeca doivent à présent être connues du public. « Pour ceux qui ont l’esprit un peu retors, ce sera la répression. », annonce-t-il
    La Meuse H-W

  • La police du Condroz se dote de vélos pour patrouiller

  • 4.867.456 amendes routières envoyées en 2019

    Forte baisse des transactions
    L’année dernière, il y a eu un peu plus de perceptions immédiates qu’en 2018 (4.331.470), mais nettement moins de transactions proposées par le parquet (657.228 en 2018). Cette dernière baisse est somme toute logique. « En 2019, 93 % des verbalisés ont payé leur amende spontanément après réception de la perception immédiate ou de la proposition de transaction. Ce taux était de 80 % en 2018 », compare Mme Kouassi.
    « La numérisation approfondie du traitement des amendes routières a permis de conscientiser davantage les contrevenants », estime-t-elle. Grâce à ce système numérique et automatisé, ils ne peuvent plus échapper à leur amende. Ils sont davantage à payer sans attendre un rappel afin d’échapper à une majoration du montant. Le nombre de courriers envoyés a d’ailleurs diminué de 7,8 à 7,1 millions en 2019.
    En 2020, l’État met en place l’ordre de paiement. Il s’agit de l’étape qui suit la proposition de transaction et qui permet au SPF Finances d’organiser une exécution forcée du montant dû. « L’objectif de tout cela est de faciliter les choses entre les différentes administrations, tant pour la police que pour la justice afin de travailler pour la sécurité routière et de diminuer les incivilités et le nombre de victimes », souligne la porte-parole du SPF Justice.
    « Nous constatons clairement que le nombre d’amendes envoyées automatiquement a augmenté en 2019. Grâce à Crossborder (…), la charge de travail de la police, de l’administration et des parquets a sensiblement diminué », se félicite le ministre de la Justice Koen Geens. « Ces chiffres montrent que chaque maillon de la chaîne fonctionne de manière optimale et que l’automatisation du processus conduit à une politique de réponse immédiate. Bien que cela renforce notre combat pour la sécurité routière, nous ne devons pas perdre de vue que l’excès de vitesse reste l’une des principales causes d’accidents et cela montre que nous devons poursuivre nos efforts », note, de son côté, Koen Ricour, directeur de la police fédérale de la route.
    L’année dernière, le nombre de paiements via le site web amendesroutières.be a légèrement augmenté : 264.848 contre 262.206 en 2018. Depuis décembre 2019, il est possible de payer par QR Code. Au total, 6,4 % des paiements ont été effectués par ce canal ce mois-là. Au premier quadrimestre 2020, ce taux a grimpé à 12 %.
    Dernier point, l’État a effectué 69.046 remboursements automatiques de contrevenants, auteurs d’un virement erroné dans les trente jours. Par ailleurs, les amendes envoyées sont complétées depuis le 21 mai 2019 de l’envoi de fiches de sensibilisation sur les dangers de la route et leurs conséquences. Fin décembre, 690.900 fiches avaient été ainsi expédiées.
    La Meuse

  • En 2 mois de confinement, près de 100.000 PV «corona» enregistrés

    Capture d’écran 2020-05-22 à 14.37.42.png

    La police fédérale a rapporté que 98.489 procès-verbaux (PV) en lien avec la crise COVID-19 ont été enregistrés ce jeudi depuis le 14 mars.

    Le Collège des procureurs généraux fait lui état de 59.155 dossiers relatifs aux infractions Coronavirus enregistrés le jeudi 14 mai dans les bases de données des parquets correctionnels/auditorats du travail ainsi qu’auprès des parquets de la jeunesse.
    Dans les chiffres du ministère public, 52.324 dossiers concernent des majeurs et 6.831 des mineurs.
    Le Collège des procureurs généraux explique la grande différence avec les chiffres de la police notamment par les délais entre l’émission des PV et leurs arrivées et enregistrements auprès des parquets. Il remarque de plus que les contrevenants peuvent être utilisés comme unité de compte, non pas par exemple les différents PV dressés à leur encontre.
    La Meuse

  • Accident et délit de fuite à Nandrin

    200502 NANDRIN.jpg

    Diffusé à la demande du Parquet de Liège – division Huy

    Le samedi 2 mai 2020 vers 09h50, un accident et délit de fuite a été commis sur la N63 à Nandrin en direction de Marche-en-Famenne.

    Un cycliste a été grièvement percuté par un camion de type chantier avec une benne rouge.

    Dans le cadre de ce délit de fuite, les enquêteurs demandent à toute personne qui aurait des informations sur ce fait de prendre contact avec les services de police. Il est aussi demandé à ce conducteur de se manifester.

     
  • Non respect du confinement: 100 p.-v. dans le Condroz!

    « Il y a en a eu surtout la semaine du 30 mars au 5 avril, une soixantaine environ, comptabilise Laurent Wagner, adjoint au directeur des opérations à la zone de police du Condroz. Et une trentaine la semaine du 6 au 12 avril, ajoute-t-il. « Attention qu’il ne s’agit pas forcément de 100 situations différentes. Si 4 personnes se trouvent dans une voiture sans raison, les 4 sont verbalisées », précise le policier.

    Cette indiscipline a surtout été constatée à Hamoir et Comblain-au-Pont. « Il s’agissait de rassemblements de jeunes, de circulation de cyclomoteurs. » Sinon, des automobilistes conduisant sans motif valable.
    Contrôles renforcés ce week-end
    Depuis deux ou trois jours, la police locale constate des déplacements plus fréquents et va donc s’adapter. « Jusqu’à présent, nous misions sur des équipes mobiles, orientées vers les rassemblements, les dénonciations, les signalements de bourgmestres, l’Horeca, les gîtes. Vu les déplacements plus fréquents de véhicules, dès ce week-end, nous allons renforcer significativement nos équipes de terrain afin de procéder à des contrôles de la circulation, via des barrages filtrants », annonce Laurent Wagner. Ce week-end, ce seront ainsi 10 équipes qui se chargeront de ces contrôles à des points fixes.
    Pour rappel, l’amende encourue si vous êtes pris la main dans le sac est de 250 euros pour la première infraction, pour un particulier. « Il n’y a plus de phase de sensibilisation aujourd’hui, la sanction est immédiate », prévient-il.
    La Meuse H-W

    La zone de police a écrit un message de sensibilisation sur les réseaux sociaux, pour se rappeler au bon souvenir des citoyens.

    Capture d’écran 2020-04-18 à 15.29.29.png

    "Bonjour à tous, depuis le début du confinement, nos équipes sur le terrain sont renforcées et effectuent tous les jours des contrôles liés au respect des mesures.
    A ce jour, même si la majorité d'entre vous respecte les règles en vigueur, il est constaté que d'autres ont encore du mal à les appliquer...
    De nombreux procès-verbaux ont déjà été rédigés et transmis au parquet par notre zone.
    Les contrôles vont se poursuivre et s'intensifier encore ce weekend, ceci dans l'intérêt de tous!

    Vous êtes nombreux à nous contacter par téléphone, par message privé ou via les commentaires de nos publications facebook pour nous demander ce que vous pouvez faire ou pas dans le cadre de vos déplacements notamment.... Difficile pour nous de répondre à tous et de suivre vos demandes car cela prendrait énormément de temps et nous préférons être présent sur le terrain.
    C'est pourquoi, nous vous demandons de vous rendre sur le site www.info-coronavirus.be ou de téléphoner au numéro vert : 0800/14 689 pour tout renseignement.
    Zone de police du Condroz