Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tinlotblog - Page 4

  • Tinlot. Invitation à la séance publique du Conseil communal par vidéoconférence ce lundi 28 déc. à 19h30

    Convocation à la séance virtuelle du Conseil communal par vidéoconférence ce lundi 28 décembre 2020 à 19h30.

    1421987579.2.jpg

    En vue d'assurer la publicité de la séance, celle-ci pourra être suivie en direct par les citoyens sur la page Youtube de la Commune
    https://www.youtube.com/channel/UCY5cipM1zzuwB4DUQImNVEA
    (lien mis à jour lundi 16h)

    Capture d’écran 2020-12-27 à 18.40.18.png

  • Une liste des reptiles pouvant être détenus par les particuliers en Wallonie est adoptée

    Une liste des reptiles pouvant être détenus par les particuliers en Wallonie est adoptée
     
    Le projet d’arrêté encadrant la commercialisation et la détention de reptiles vient d'être adopté par le Gouvernement wallon. Créant une liste dite "positive", seuls les animaux y figurant peuvent être détenus, il permettra de limiter les espèces vendues et de rendre des normes de détentions obligatoires dans certains cas.

    Accueillir un animal constitue une responsabilité, encore accrue s'il s'agit de NACs, les Nouveaux Animaux de Compagnie. Certaines espèces ont en effet des besoins bien spécifiques et ne doivent pas être détenues par des néophytes Or, la législation encadrant la détention de reptiles pour des raisons de bien-être animal était incomplète.
    Le projet d'arrêté répond à cette lacune. Il permet de limiter les espèces vendues et de rendre des normes de détention obligatoires dans certains cas. Il crée  une liste dite « positive » : seuls les animaux y figurant peuvent être détenus, les autres sont interdits sauf en cas d'agrément spécifique. Cette liste a été établie sur base de critères d'évaluation retenus dans un avis donné en 2017 par le Conseil wallon du bien-être animal

    Plus de 200 espèces retenues
    Sur plus de 11.000 espèces connues de reptiles, 232 ont été retenues sur base de différents critères : des espèces faciles à détenir, nécessitant un logement simple à réaliser, un habitat facile à reproduire, dont la nourriture est facile à se procurer, d'une taille maniable et peu vulnérables. L'avis tient également compte de l'état des populations naturelles de l'espèce et du danger que pourraient représenter ces reptiles pour l'homme (aucune espèce venimeuse n'est reprise ). Par ailleurs, la liste pourra être mise à jour selon l'évolution des connaissances, sur avis du conseil du Bien-être animal.

    • Certaines espèces reprises peuvent être détenues sans condition : il s'agit de certaines espèces de serpents, de lézards (varans –g ekkos) ou encore de tortues. Selon leur taille, la détention de certains serpents pourra nécessiter une déclaration environnementale ou un permis d'environnement.
    • Pour d'autres espèces, la détention est conditionnée au respect de normes d'hébergement attesté par un vétérinaire. C'est le cas de certains iguanes ou tortues.

    Avis du Conseil wallon du bien-être des animaux avec liste positive des espèces de reptiles pouvant être détenues par des particuliers (21/04/2017)

    Source  SW Bien-être animal en Wallonie
    et  https://www.wallonie.be/fr/actualites/quels-reptiles-pouvez-vous-detenir

  • Nandrin teste un dispositif pour limiter la vitesse

    B9725603946Z.1_20201221150417_000+GORH9JH40.1-0.jpg

    La rue du Péry a été transformée en impasse. - JP

    La mobilité s’adapte dans plusieurs rues de Nandrin afin de favoriser la place des usagers cyclo-piétons dans l’espace public. Cette semaine, plusieurs aménagements temporaires ont été finalisés dans le village de Fraineux, où les rues du Péry, sur le Bois, des Péréens et Tige des Saules sont devenues une zone 30.
    « Cette opération intervient dans le cadre de l’appel à projet Communes pilotes Wallonie Cyclable du cabinet Henry », explique le bourgmestre Michel Lemmens. « Nous avons mis des aménagements temporaires avec des blocs de béton et des marquages. La rue allant vers le terrain de football a été mise en double cul-de-sac ».
    En raison de cette transformation de la rue du Péry en impasse, le seul moyen d’accéder aux infrastructures du foot en voiture est désormais de passer par la rue de Dinant.

    Un test qui durera au moins 3 mois
    « Cela suscite quelques réactions de personnes dérangées de devoir marcher ou contourner l’endroit », regrette le bourgmestre. « Mais c’est une phase de test. L’opération ne sera pas nécessairement pérennisée. On a reçu un subside de 10.000€ et le test durera au moins 3 mois, puis le dispositif sera réévalué ».
    Le mayeur l’admet, il n’est lui-même pas très enthousiaste par rapport aux aménagements à Fraineux car les voiries ne lui semblent pas adaptées, trop étroites. « On a mis la barre haute, c’est le principe du projet pilote. On en tirera les conclusions qui s’imposent. Les blocs au sol peuvent être retirés sans problème ».

    L’été dernier, des gens du voyage sont venus s’installer avec 17 caravanes sur les terrains du club de foot, après en avoir forcé l’entrée. Ces derniers avaient justement accédé au foot par la rue du Péry. Mais Michel Lemmens l’assure, il n’y a pas de projet caché derrière cette impasse. « C’est totalement hors de propos. Des blocs étaient déjà installés pour les empêcher d’accéder au terrain. Cette opération-ci n’a rien à voir ».

  • La construction du hall sportif polyvalent à Clavier pourrait débuter en 2021

    B9725635800Z.1_20201224150708_000+G5UHA623U.1-0.jpgUn projet avec la commune voisine d’Ouffet. - Aadd (Chora-Delgoffe)

    « On espère passer le cahier des charges du hall sportif aux entrepreneurs dans le premier trimestre 2021 », annonce le bourgmestre Philippe Dubois. "On arrive au bout du dossier, mais la crise a ralenti les choses. On espère que les travaux pourront débuter l’année prochaine".

    B9725635800Z.1_20201224150708_000+G5UHA64T0.1-0.jpg

    Pour rappel, ce projet à 5 millions d’euros prévoit la construction d’un complexe avec un vestiaire pour le club de foot, un hall sportif et une salle communale, à proximité des terrains de foot de la Clavinoise. Le dossier est supracommunal puisqu’il inclut la commune d’Ouffet. La part communale de Clavier s’élèvera autour d’un million d’euros.

    Patience pour la piscine d’Ocquier
    En 2021, le dossier administratif de la restauration de la Chapelle Saint-Fontaine (415.000€) devrait être clôturé et les travaux pourraient débuter fin 2021-début 2022. L’agrandissement de l’école de Bois-et-Borsu devrait quant à lui toucher à sa fin. « Le projet comprend un nouveau réfectoire, des sanitaires, un préau et des classes supplémentaires », rappelle le bourgmestre. « On espère une rentrée en septembre ».
    Concernant la rénovation de la piscine en plein air d’Ocquier (1.560.000€), le dossier en est à ses débuts mais Philippe Dubois assure qu’une attention particulière lui sera accordée en 2021. Les travaux ne devraient cependant pas débuter l’année prochaine.
    Au niveau de l’entretien des voiries, les grands projets sont la réfection des rues de la Gendarmerie, du Vicinal et Vieille Chaussée à Clavier-Station, et de la rue Fontenoy à Fontenoy.
    P. Tar. La Meuse H-W

  • Les Belges peuvent espérer vivre 63 ans en moyenne en bonne santé

    Les Belges peuvent espérer vivre 63 ans en moyenne en bonne santé
    123rf

    Eurostat relève que l’écart d’espérance de vie en bonne santé entre femmes et hommes est beaucoup plus réduit que lorsqu’on prend en compte l’espérance de vie totale, soit le nombre d’années que l’on peut espérer vivre, en bonne santé ou non. Ainsi, les femmes dans l’UE peuvent espérer vivre 5,5 années de plus que les hommes mais seulement une demi-année de plus en bonne santé. « Les hommes ont donc tendance à passer une plus grande proportion de leur vie un peu plus courte » en bonne santé, souligne Eurostat.
    L’office européen de statistiques constate également de grandes disparités entre États membres en termes de qualité de vie. En 2018, une femme née en Slovénie pouvait espérer vivre 64,7 % de sa vie sans aucune limitation, une proportion qui atteignait 86,1 % de la vie d’une Bulgare et 86,8 % pour une Maltaise. Toujours en 2018, un homme né en Estonie, en Autriche ou en Slovénie pouvait espérer vivre environ 71 % de sa vie sans être dépendant tandis qu’un Bulgare ou un Suédois pouvaient s’attendre à vivre respectivement 89,5 % et 91,1 % de leur vie en bonne santé.Passé l’âge de 65 ans, les femmes belges peuvent espérer vivre encore 11,4 années en moyenne en bonne santé et les hommes 10,8 ans. Ici, la Belgique fait mieux que la moyenne européenne (10 ans pour les femmes et 9,8 ans pour les hommes).
    Sudinfo

  • Condr'aujourd'hui n°24, décembre 2020. A télécharger en pdf

    Capture d’écran 2020-12-23 à 12.20.28.png

    Téléchargez ici  le cdzhui n°24 décembre 2020 .pdf

  • La météo du dernier week-end de l'année. Fortes rafales de vent et neige en Ardenne

    Trois provinces placées en alerte jaune pour conditions glissantes: d’importantes chutes de neige attendues, entre 15 et 20 cm dans les Ardennes!

    Les automobilistes sont invités à se montrer prudents samedi matin, soir et durant toute la journée de dimanche en provinces de Liège, Namur et Luxembourg. Les routes risquent d’être rendues glissantes par la formation de plaques de givre, voire par des chutes de neige, avertit vendredi l’Institut royal météorologique.
    En Ardenne, au dessus de 400 mètres, l’IRM prévoit encore un risque de quelques averses de neige ce vendredi soir et durant la nuit, avec une accumulation parfois de plusieurs centimètres en provinces de Liège et Luxembourg.Dans le courant de la nuit de samedi à dimanche, et surtout la journée de dimanche, d’importantes chutes de neige sont prévues en Ardenne avec, par endroits, la possibilité d’une couche de neige fraîche autour de 15 ou 20 cm.

    Samedi
    Samedi, le temps sera d’abord généralement sec avec des nuages et des éclaircies en alternance ; le matin tôt, les éclaircies pourront même être localement larges en Basse et Moyenne Belgique. En journée, le ciel s’ennuagera à partir de l’ouest et dans le courant de l’après-midi des faibles pluies par intermittence suivront. En Ardenne, il s’agira de faibles chutes de neige. Les maxima seront compris entre 0 degré en Hautes-Fagnes, autour de 5 degrés dans le centre et 8 degrés au littoral. Le vent sera généralement modéré, et progressivement assez fort à la mer, de sud-ouest. L’après-midi, les rafales pourront atteindre les 55 km/h.
    Le soir et durant la nuit de samedi à dimanche, le ciel deviendra très nuageux avec parfois des faibles pluies ou bruines. En Ardenne, il s’agira de neige fondante ou de neige. En fin de nuit, les précipitations s’intensifieront sur le nord-ouest du pays. Les minima varieront entre 0 degré en Haute Ardenne, autour de 4 degrés dans le centre et 7 degrés à la mer. Le vent sera assez fort et plus tard parfois fort de sud. Les rafales augmenteront de 60km/h en soirée vers 75 km/h en fin de nuit.
    Dimanche
    Dimanche, une perturbation active, associée à une dépression de tempête au nord de l’Écosse, traversera notre pays à partir de l’ouest. Le ciel sera donc couvert avec des précipitations abondantes ; celles-ci seront sous forme de pluie en plaine et sur le centre du pays, alors qu’en Ardenne (probablement au-dessus de 300-400m d’altitude), il s’agira de chutes de neige (mouillée). Sur le versant sud du relief ardennais, une accumulation de 15 à 20 centimètres ne sera pas exclue et d’importantes congères pourraient alors se former. Les maxima seront compris entre 0 ou 1 degré sur les hauteurs de l’Ardenne à 7 ou 8 degrés en bord de mer. Le vent de sud à sud-ouest sera généralement fort, voire localement très fort, avec des rafales entre 80 et 100 km/h.
    Sudinfo

  • Un réveillon calme pour les polices de Huy-Waremme: «Merci à la population»

    La nuit redoutée s’est finalement passée sans encombre dans l’arrondissement de Huy-Waremme. Aucune lockdown party n’a été constatée selon nos renseignements. Le bourgmestre faisant fonction de Huy, Éric Dosogne (PS), nous confirme qu’« à part des problèmes mineurs liés à du tapage nocturne, tout s’est bien passé » au niveau de la Ville de Huy.

    Idem du côté de la Zone Hesbaye-Ouest, où on évoque une « nuit très calme » sans intervention liée au respect des mesures covid. Dans la zone voisine (Hesbaye), même constat. À l’exception de « quelques pétards dans certains quartiers de Waremme mais qui n’ont pas duré », aucun problème n’a été signalé. « Les gens ont fait preuve de sagesse et ont respecté les règles. On peut remercier la population hesbignonne », souligne Jamers André, chef de corps de la Zone de Hesbaye.
    La Meuse H-W

  • Coronavirus: la Belgique reste le pays qui a le taux de mortalité le plus élevé au monde

    B9725641234Z.1_20201225151656_000+GC8HA8NFG.1-0.jpg

    Sur la journée de jeudi, 12.667 nouveaux décès et 692.731 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 3.299 nouveaux morts, le Mexique (861) et le Brésil (762).

    Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 329.106 décès pour 18.655.012 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Au moins 6.298.082 personnes ont été déclarées guéries.
    Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 189.982 morts et 7.423.945 cas, l’Inde avec 147.092 morts (10.146.845 cas), le Mexique avec 121.172 morts (1.362.564 cas), et l’Italie avec 70.900 morts (2.009.317 cas).

    Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 164 décès pour 100.000 habitants, suivie par la Slovénie (119), la Bosnie (118), l’Italie (117), la Macédoine du Nord (114).

    L’Europe totalisait vendredi à 12h00 540.647 décès pour 25.000.154 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 493.837 décès (15.024.469 cas), les Etats-Unis et le Canada 343.798 décès (19.188.172 cas), l’Asie 214.302 décès (13.617.004 cas), le Moyen-Orient 88.246 décès (3.853.039 cas), l’Afrique 61.413 décès (2.599.658 cas), et l’Océanie 944 décès (30.885 cas).

    Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

    Lire l'article complet dans Sudinfo

  • Condroz. Poste médical de garde

    1343585722.jpgPOSTE MEDICAL de GARDE : HaMeLie
    (Haute Meuse Liégeoise)

    Non plus à Tinlot (Scry) mais à Neupré dès le vendredi 12 juin
    (211, Route du Condroz, entre JBC et Trafic)

    Depuis mars 2016, le service de garde de we et jours fériés était organisé à Scry (Tinlot) rue de Dinant.
    Une nouvelle structure regroupe désormais le territoire du Condroz, de Flémalle et de Seraing, soit une population de +/- 120.000 habitants. Ce territoire était la dernière grande zone de la province de Liège et de Wallonie non couverte par un Poste Médical de Garde (PMG) et non subsidiée par l’Inami.
    Ce nouveau PMG, dénommé HaMeLie, (Haute Meuse Liégeoise) est situé à Neupré, route du Condroz 211. Il sera opérationnel le vendredi 12 juin.

    L’organisation pratique ne change pas. 
Le PMG sera ouvert du vendredi 18h au lundi matin 8h et de 18h la veille des jours fériés jusqu’au lendemain des jours fériés à 8h. 
Les patients seront reçus uniquement sur rendez-vous ou pourront bénéficier d’une visite à domicile s’il leur est impossible de se déplacer.
    Pour prendre rendez-vous les patients devront appeler le 1733, le numéro d’appel unique pour la médecine générale.
    En soirée de semaine, du lundi au jeudi, les patients sont toujours invités à appeler leur médecin traitant qui leur renseignera le nom du médecin de garde.

    Entrée sur le côté du bâtiment. Ascenseur extérieur jusqu'au 1er étage

    Cette asbl a pour objectif de pérenniser le service de garde dans nos régions, en offrant un meilleur service à la population et en permettant aux médecins de travailler dans de bonnes conditions de sécurité et d’efficacité.
    1496535967.png

    Capture d’écran 2020-03-12 à 10.48.55.png

    Votre poste médical de garde est plus que jamais d'actualité
    Soyez attentif aux mesures Covid:
    masque, distanciation, hygiène des mains, paiement par carte ...

  • Joyeuse fête de Noël 2020, en mode Covid-19...

    DSC_3809.JPG

    Un Noël très particulier cette année qui restera marqué par une pandémie dont nous n'entrevoyons pas encore la fin.
    Cela ne nous empêche pas de souhaiter à chacun la meilleure fête possible !

    4114438113.2.jpg

    Photo d'archive Fraiture 2015

    Noël est fêté dans la nuit du 24 au 25 décembre et le 25 toute la journée. En tant que fête chrétienne, elle commémore chaque année la naissance de Jésus de Nazareth.
    À l'origine, il existait à cette date des festivités païennes marquant le solstice d'hiver, symbole de la renaissance du soleil. La fête chrétienne a été positionnée à la même date dans le but de remplacer ces fêtes et, symboliquement, pour associer la naissance du Christ à la notion de lumière croissante. 

    La période entourant Noël est appelée « temps des fêtes » quand on y inclut les célébrations du Nouvel An.
    Depuis le milieu du XXe siècle, cette période perd son aspect religieux tout en maintenant vivante la tradition de la fête. Dans cet esprit, Noël prend une connotation folklorique, conservant le regroupement des cellules familiales autour d'un repas et l'échange de cadeaux autour du sapin traditionnel.

    La première crèche aurait été réalisée par François d'Assise en 1223 à Greccio, en Italie; ç'aurait été une crèche vivante, c'est-à-dire incarnée par de vraies personnes. Depuis le XVIIIe siècle, la tradition de la crèche s'est perpétuée dans tout le monde catholique et en a largement débordé au cours du XIXe siècle.
    En Provence, des personnages nouveaux ont été ajoutés : les santons. Ils figurent souvent les métiers traditionnels du XIXe siècle ou les scènes de la vie quotidienne de la région. Les rois mages Gaspard, Melchior et Balthazar, trois érudits de l'époque de Jésus, sont représentés en route vers cette même étable, mais leur arrivée n'est célébrée qu'à l'Épiphanie. Ils symbolisent l'universalité de l'événement qu'est la naissance de Jésus.


    Capture d’écran 2020-12-23 à 16.26.00.pngPère Noël
    Chargé d'apporter des cadeaux, il est représenté comme un vieil homme pourvu d'une longue barbe blanche et d'une houppelande rouge. Cette image est accompagnée de tout un folklore : traîneau volant tiré par des rennes, lettres de demande de cadeaux à son intention, son sac rempli de jouets, etc.
    Personnage d'invention anglo-saxonne et protestante au XIXe siècle, de Charles Dickens notamment avec ses cinq Livres de Noël, dont la publication du premier, Un chant de Noël (A Christmas Carol, dans sa version originale), remonte à 1843.
    La première mention du « père Noël » en français est trouvée en 1855 sous la plume de George Sand. Une de ses premières représentations date de 1868, dessinée par Thomas Nast pour Harper's Weekly.
    À l'origine le personnage est habillé soit en vert soit en rouge, au gré de la fantaisie des illustrateurs
    S'il est inspiré du saint Nicolas chrétien, notamment par ses habits, il peut également être assimilé à Julenisse, un lutin scandinave qui avait la même fonction à la fête de la mi-hiver.


    3623412394.jpegLa Trêve de Noël est un terme utilisé pour décrire plusieurs et brefs cessez-le-feu non officiels qui ont eu lieu pendant le temps de Noël et le Réveillon de Noël entre les troupes allemandes, britanniques et françaises dans les tranchées lors de la Première Guerre mondiale, en particulier celles entre les troupes britanniques et allemandes stationnées le long du front de l'Ouest en 1914. En 1915, il y eut une trêve de Noël similaire entre les troupes allemandes et françaises. 

    (D'après Wikipédia)

  • Coronavirus: le positif à retirer de la crise… et surtout à garder!

    1. Qu’ils sont sportifs, ces Belges !
    Cela n’aura échappé à personne : jamais on n’aura croisé autant de joggeurs et de cyclistes pendant le premier confinement. Et si vous n’avez pu les observer au coin de votre rue, un petit coup d’oeil du côté des rayons « vélos » complètement dévalisés au printemps dernier devrait suffire à vous convaincre.

    2. Les circuits-courts
    Lors du premier confinement, les Belges se sont davantage tournés vers les producteurs locaux. Durant l’été, la demande avait un peu baissé mais restait néanmoins supérieure à la situation avant la crise. En octobre, les commandes semblaient à nouveau repartir à la hausse. Mais d’après le dernier bilan réalisé par l’observatoire des filières agricoles, le deuxième confinement n’a pas eu le même impact que le premier sur les achats.

    3. Soutien au commerce local
    Le soutien au commerce local s’est véritablement renforcé avec la crise. Plusieurs communes ont d’ailleurs pris des mesures dans ce sens, dont des bons à dépenser dans les commerces de leur entité.

    4. "Un repli sur soi"
    La difficulté de s’approvisionner en matériel produit à l’étranger lorsque les frontières étaient fermées et que la demande était importante a révélé l’importance d’« une reterritorialisation de nos industries et de notre économie » pour reprendre les propos du ministre wallon de l’Economie.

    5. Redécouverte des régions belges
    Cet été et ce printemps, les Belges en ont profité pour redécouvrir leur région ! Eh oui, pas besoin de prendre l’avion ou de rouler des heures pour être totalement dépaysé ! Notre beau pays regorge de surprises et la crise a eu l’avantage de nous les faire découvrir. Cet été, la Wallonie a notamment accueilli 21 % de touristes belges en plus, selon les chiffres de l’association belge des tour-opérateurs, en collaboration avec l’institut d’études GfK.

    6. Le télétravail, c’est possible !
    Le confinement a contraint une large majorité d’entreprises belges à adopter le télétravail. Si cela n’a pas été une franche réussite pour tous les travailleurs qui ne pouvaient pas compter sur des conditions optimales en raison de la crise, cela a néanmoins permis de convaincre certains patrons que c’était possible.

    7. Une solidarité à toute épreuve
    Les gestes de solidarité ont été extrêmement nombreux. On retiendra notamment le dévouement de tous ces Belges qui ont confectionné des masques en tissu lors de la première vague pour équiper la population qui n’avait pas accès à d’autres moyens de protection.

    8. L’enseignement est entré dans l’ère numérique
    Pour garder le contact avec les élèves, de nombreuses écoles ont eu recours à des plateformes numériques lors du premier confinement. La tendance s’est ensuite renforcée à la reprise, avec l’obligation pour certaines années d’organiser une partie des cours à distance. La Fédération Wallonie-Bruxelles – qui était en retard par rapport à la Flandre – a elle aussi dû accélérer le mouvement en mettant au point une stratégie d’équipement des élèves et professeurs en matériel informatique.

    9. Un retour aux gestes d’hygiène élémentaires
    Cela peut paraître « bête » mais la crise a aussi eu l’avantage de rappeler des règles d’hygiène comme se laver les mains plusieurs fois par jour. Des règles certes élémentaires mais qui faisaient néanmoins bien souvent défaut.
    La Meuse H-W

     

  • Femmes & Patrimoine. Ce sera le thème des Journées du patrimoine 2021 !

    jp-logo-basse.png

    La ministre du Patrimoine, Valérie De Bue, a choisi le thème des Journées du Patrimoine 2021 (11 et 12 septembre) : Femmes & Patrimoine.

    Seront considérés dans le thème, les lieux qui répondront à l’un des éléments suivants :

    1. La mise en valeur d’une ou de plusieurs femme(s) qui a/ont joué un rôle (l’action/l’implication des femmes dans le patrimoine) dans l’histoire ancienne ou récente du lieu.
    2. La mise en valeur d’une ou de plusieurs femme(s) qui ont marqué le lieu :
      • églises et lieux de cultes portant le nom d’une sainte,
      • monument/site érigé en mémoire d’une femme,
      • lieux portant le nom d’une femme,
      • lieux devenus célèbres grâce à la présence d’une femme.
    3. La mise en valeur de biens patrimoniaux wallons en lien avec l’évolution des droits sociaux et politiques des femmes en Belgique.
  • Condroz Covid-19. Evolution du virus dans chaque commune au 22 décembre

    Capture d’écran 2020-12-23 à 11.15.18.png

    A partir de la carte interactive par commune Sudpresse,
    voici un tableau des tests positifs
    dans les communes condrusiennes et vallée de la Meuse.
    Les communes sont classées par nombre d'habitants de Tinlot (2.778) à Huy (21.432)
    X= données non relevées
    Situation au 22 décembre.
    Dans la colonne de droite de ce blog, vous trouverez un relevé permanent de la situation à Tinlot,
    mis à jour en fonction de la disponibilité des données. 

    B9725619475Z.1_20201222191754_000+GJJH9T2OP.1-0.jpg

    Coronavirus : baisse des cas, mais Marchin neuvième commune plus infectée du pays
    Les cas de coronavirus continuent de baisser à Huy-Waremme. Cependant avec 51 nouveaux cas en quatorze jours (taux de 937 cas pour 100.000 habitants), Marchin apparaît comme la neuvième commune la plus infectée du pays. Des chiffres à relativiser en comparaison avec les taux du mois passé.
    La situation sanitaire de l’arrondissement de Huy-Waremme s’améliore petit à petit, du moins si on compare les taux de contamination de ces dernières semaines. Ce mardi, les 31 communes comptabilisaient 466 nouveaux cas de coronavirus au cours de ces quatorze derniers jours. Une légère amélioration par rapport au début du mois (608 nouveaux cas le 7 décembre dernier), et une nette avancée par rapport au mois précédent (5.702 nouvelles infections le 8 novembre).
    Une localité sort malheureusement du lot : Marchin, qui compte 51 nouveaux cas sur ces deux dernières semaines. Avec un taux de 937 cas pour 100.000 habitants, la commune apparaît effectivement comme la localité la plus infectée de la Province de Liège et la neuvième à l’échelle nationale. Précisons toutefois que ce taux de contamination reste nettement inférieur à ceux du mois précédent. Par exemple, Nandrin présentait le 8 novembre une incidence de 3.856 nouveaux cas pour 100.000 habitants, à savoir un taux quatre fois supérieur à celui de Marchin aujourd’hui. À cette date, Marchin comptait d’ailleurs 156 nouveaux cas.
    Contactée par nos soins, la bourgmestre marchinoise Marianne Compère (PS) n’a pas désiré faire de commentaire sur la situation, appelant à la prudence et voulant rester « encourageante ».
    Les communes de l’arrondissement comptent ce lundi entre 51 et 2 nouvelles contaminations au cours des quatorze derniers jours : Marchin (51), Hannut (45), Wanze(42), Huy (37), Waremme (33), Nandrin (22), Amay (21), Villers-Le-Bouillet (21), Burdinne (20), Braives (15), Héron (13), Clavier (12), Modave (12), Hamoir (11), Saint-Georges-sur-Meuse (11), Verlaine (11), Remicourt (11), Engis (8), Anthisnes (8), Ferrières(8), Faimes (8), Donceel (7), Berloz (7), Geer (6), Lincent (6), Tinlot(4), Oreye (4), Wasseiges (4), Fexhe-le-Haut-Clocher (3), Ouffet (3) et Crisnée (2).
    Ro.Ma. La Meuse H-W