Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecoles, enfance,

  • Bonne nouvelle pour les parents: le congé quarantaine sera possible les 9 et 10 novembre

    Les parents pourront avoir recours au congé quarantaine les 9 et 10 novembre. Une bonne nouvelle suite à la décision de prolonger les congés de la Toussaint et donc la fermeture des écoles jusqu’au 11 novembre.

    Capture d’écran 2020-10-20 à 17.23.52.png

    Les congés de Toussaint étant prolongés jusqu’au 11 novembre, beaucoup de parents se demandaient comment ils pourraient combiner leur journée de travail avec la garde des enfants.
    Bonne nouvelle : ils pourront avoir recours au congé parental quarantaine, nous apprend Clarisse Ramakers, directrice du Service d’Etude de l’UCM.
    C’était une demande de la Ligue des Familles. Ce congé parental quarantaine permet de suspendre le contrat de travail des parents dont l’enfant ne peut plus fréquenter sa classe, son école, sa crèche ou son centre d’accueil pour enfant handicapé suite à une fermeture due au coronavirus. Vu que la décision de prolonger les congés de Toussaint est motivée par la crise sanitaire, la situation des 9 et 10 novembre prochains entre dans ce cadre. « Nous venons d’avoir la confirmation de la part de l’Onem », indique Clarisse Ramakers.

    Pour rappel, l’employeur est contraint d’accepter la demande de congé quarantaine de ses employés, moyennant une attestation de l’école. « L’allocation de l’Onem est la même que pour le chômage temporaire, soit 70 % de la rémunération du travailleur plafonnée. En outre, jusqu’au 31/12/2020, il perçoit encore un supplément de 5,63 €/jour en plus de son allocation de chômage », rappelle l’UCM.
    La Meuse

  • Tinlot, congés vacances d'automne. Garderie les 9 et 10 novembre

    121792209_185020873089532_2006981514676600708_o.jpg

    Congés vacances d'automne:
    Comme vous l'avez sans doute appris hier, les établissements scolaires resteront fermés le lundi 9 et le mardi 10 novembre.
    La commune de Tinlot et son service ATL, conscients qu'il n'est pas simple de trouver une solution pour la garde de vos enfants dans ce genre de circonstances, proposeront pour ces 2 dates :
    ==> une garderie de 7h30 à 18h pour tous les enfants fréquentant une des deux écoles de l'entité ou étant domiciliés sur le territoire communal.
    INSCRIPTION OBLIGATOIRE (nom-prénom-âge-école fréquentée) ==> uniquement par mail à : audrey.hicter@tinlot.be
    ==> les informations pratiques vous seront communiquées ultérieurement par mail.

    Prolongation des vacances de Toussaint

    La Ministre de l’Éducation a été saisie par certains interlocuteurs d’une demande d’anticiper les vacances de Toussaint ou de les prolonger d’une semaine.
    Cette idée a clairement du sens vu la situation sanitaire et l’état de fatigue des directions, des enseignants et des autres membres du personnel, mais elle présente divers inconvénients majeurs dont les impacts pédagogiques pour les élèves et la difficulté pour les parents – qui subissent eux aussi de plein fouet les effets de la crise sanitaire – de trouver des solutions de garde pendant toute une semaine.
    Sous réserve des décisions du CODECO, afin de malgré tout offrir une petite bulle d’oxygène aux directions et aux équipes éducatives, la Ministre de l’Éducation, après concertation avec le Gouvernement, a décidé de prolonger les vacances jusqu’au 11 novembre et de réduire de 2 unités le nombre de jours d’écoles prévus par le calendrier scolaire cette année scolaire (tout en respectant le minimum légal).
    Ce choix doit maintenant faire l’objet des adaptations réglementaires requises et être communiqué de manière formelle aux pouvoirs organisateurs et aux directions.
    Par ailleurs, des contacts sont en cours pour dégager des pistes de solutions permettant la mise en place de services minimum de garderies sans mobiliser les directions d’écoles et leurs équipes éducatives.
    La Meuse

  • Que risquez-vous si vous avez décidé de ne pas remettre votre enfant à l’école?

    Les enfants de maternelle, du primaire et du secondaire ont repris le chemin de l’école après plusieurs mois passés chez eux en confinement en raison de la pandémie du nouveau coronavirus. Les plus petits ont retrouvé leurs professeurs hier mais c’est aujourd’hui que les adolescents ont redécouvert leur établissement scolaire.
    Certains parents ont cependant pris la décision de ne pas remettre leurs enfants à l’école, et ce malgré l’obligation scolaire qui avait été assouplie en raison des circonstances sanitaires exceptionnelles liées au Covid-19.

    L’obligation scolaire s’applique aux parents
    L’obligation scolaire est donc à nouveau d’application et son respect s’impose aux parents où à la personne de l’autorité parentale jusqu’à ce que l’élève ait 18 ans. Pour les parents qui décident de ne pas la respecter, il existe des sanctions. En effet, il pourrait être considéré que les conditions d’éducation du jeune sont compromises si celui-ci ne fréquente pas l’école régulièrement.

    Redoublement et exclusion
    Lorsque le quota de neuf demi-journées d’absence non-justifiée est dépassé, le directeur de l’école doit le signaler au Service du Droit à l’instruction (D.G.E.O.). Dans le deuxième et troisième degré de l’enseignement secondaire ordinaire, l’élève qui compte au cours d’une même année scolaire plus de 20 demi-journées d’absence injustifiée devient « élève libre » et ne peut plus passer dans l’année supérieure, sauf décision favorable du conseil de classe. Si l’élève est majeur, il peut même être exclu de son école.

    Amendes et… peine d’emprisonnement !
    En cas d’absences répétées, le service du contrôle de l’obligation scolaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles peut décider d’informer le Procureur du Roi qui, en fonction de la situation, décide d’interpeller le Service d’aide à la jeunesse (SAJ), ou non.
    Si la famille ne répond pas aux convocations du SAJ, ou en cas de récidive d’absentéisme, le Procureur du Roi peut alors très bien décider de poursuivre les parents devant le tribunal de police ! Ceux-ci risquent alors une amende par enfant concerné qui peut doubler si l’enfant ne redevient pas un élève régulier. Pire… une peine d’emprisonnement d’un jour à un mois peut également être prononcée !

    Article complet dans La Meuse

  • Le rôle du conseil de classe est précisé. Voici comment on attribuera le CEB ou CE1D de votre enfant

    Le rôle du conseil de classe est précisé dans une circulaire. Voici comment on attribuera le CEB ou CE1D de votre enfant

    Capture d’écran 2020-05-25 à 16.06.19.png

    Suite à la décision d’annuler les épreuves externes certificatives liées à l’octroi du CEB (6e primaire), du CE1D (2e secondaire) et du CESS (6e secondaire), la tâche du jury (ou conseil de classe) devient primordiale. Prenons le cas du CEB (pas de grosse différence pour les autres). Le jury (au moins 3 personnes) sera présidé par le chef d’établissement et composé des instituteurs/trices exerçant tout ou partie de leur charge en 5e ou 6e primaire. Il se réunira au plus tard le 29 juin.
    Chaque élève sera délibéré individuellement. La décision ne peut en aucun cas être le simple reflet d’une opinion mais doit se fonder sur le dossier de l’élève comportant les documents suivants : le rapport circonstancié de l’instituteur/trice, avec son avis favorable ou défavorable quant à l’attribution du CEB (il se fonde sur la correspondance entre les compétences acquises par l’élève et celles qu’il doit normalement acquérir au terme de la deuxième étape de l’enseignement obligatoire), la copie des bulletins des deux dernières années de la scolarité primaire, tels que communiqués aux parents et tout autre élément que le jury estime utile.
    Pour respecter l’équité et l’égalité entre élèves (certains ayant été plus impactés par la suspension des cours), il ne pourra être tenu compte des résultats d’évaluations sommatives organisées sous la forme d’une session de fin d’année scolaire ou réalisées dans le cadre de travaux à domicile durant la suspension des cours.
    Le jury ou le conseil de classe doit motiver ses décisions (pertinentes, claires, précises et concrètes, il faudra indiquer la moyenne des résultats, etc.). Un entretien devra avoir lieu avec les parents pour qu’ils comprennent le refus de l’octroi du CEB. Il devra être conduit « dans un souci de réel dialogue au cœur duquel doit se trouver l’intérêt de l’enfant ».
    Des parents qui auront jusqu’au 14 juillet pour introduire un recours éventuel. -
    D.SW. (Lire l'article complet dans La Meuse)

  • Terwagne. Un surprenant "petit train" pour la cour de récréation de l'école d'Ochain!

    IMG-20200421-WA0001.jpg

    C'est devenu un peu l'attraction du moment dans la rue de la Station à Terwagne, devant la maison de la famille Chantraine.
    Bruits de tronçonneuse, gros morceaux d'arbres découpés et taillés... tout au long de ces journées de confinement, les voisins ont petit à petit découvert l'esquisse d'une locomotive en bois. Depuis la semaine dernière, la sculpture de Jérôme Chantraine est terminée et bien visible pour tous ceux qui empruntent la rue de la Station.
    "En fait, explique l'auteur, il s'agit de ma participation à un appel à projet "Ose le vert" déposé par Stéphanie Gillet, institutrice à l'école fondamentale d'Ochain. Ce projet de la FWB, vise à agrémenter les cours de récréation. Comme mes enfants font partie de cette école, quoi de plus normal que d' y apporter ma contribution avec ce petit train en bois".

    Jérôme Chantraine n'a pas de compétence professionnelle dans ce domaine puisqu'il est Directeur adjoint du Collège Saint-Martin à Seraing depuis 8 ans. "Mais je suis avant tout un manuel", insiste-t-il. Bricoleur, passionné par le travail du bois, le bucheronnage, c'était un belle occasion de valoriser cette période de confinement! C'est en tous cas une superbe réussite qui fera bien des heureux.

    DSC_3594.jpeg

    Capture d’écran 2020-04-22 à 15.57.10.png

    Le petit train destiné à la cour de récréation de l'école de village d'Ochain

    Capture d’écran 2020-04-22 à 15.25.27.pngOse le vert, recrée ta cour
    Appel à projet des cours de récréation nature « bienvenue » et conviviales dans les écoles maternelles et primaires de Wallonie.

  • Le Covid-19 expliqué aux enfants et aux adolescents

    Capture d’écran 2020-04-14 à 13.41.14.png

    En cette période inédite, les enfants et les adolescents se posent évidemment beaucoup de questions. Dès le début de la crise, le service de Psychiatrie infanto-juvénile du CHU a lancé un call-center destiné aux enfants du personnel soignant. Avec un constat rassurant, les appels ont finalement été très peu nombreux.

    En parallèle, les 11 hôpitaux de la province de Liège, ont participé à lédition de deux plaquettes, l’une destinée aux enfants, l’autre aux adolescents, rédigées par Dominique Costermans, spécialiste en vulgarisation et illustrées par la graphiste du CHU, Béatrice Duculot. 

    Selon le Professeur Alain Malchair, Chef du service de psychiatrie infanto-juvénile du CHU Liège, c’est la question de l’école qui revient le plus souvent. Les enfants s’inquiètent de savoir s’ils devront passer leurs examens, s’ils pourront obtenir leur certificat d’étude pour ceux qui sont en dernière année.
    Pour le pédo-psychiatre, le message à faire passer est qu’il faut continuer à travailler, à suivre les cours et activités proposés en ligne par les enseignants.

    Par ailleurs, le confinement est difficile à accepter pour les jeunes. La notion de porteur sain passe mal chez les ados. Pour eux qui se sentent en pleine forme, il est difficile d’imaginer qu’ils peuvent être porteurs de la maladie et qu’ils peuvent donc la transmettre à leur proche.

    Chez les plus petits, l’incompréhension est encore plus grande....Lire la suite et regarder le reportage vidéo de RTC.

    « Le Covid-19 expliqué aux enfants » et le « Le Covid-19 expliqué aux ados » sont mises à disposition dans les hôpitaux de la province ou via le site du CHU www.chuliege. be

  • Huy, conférence Jeudi Santé: "Le harcèlement en milieu scolaire, l’affaire de tous !"

    À Huy, le 6 février de 19h 30 à 21h 30 - Conférence gratuite et ouverte à tous

    Visuel Harcelement pour Affichage Web.jpg

    Le harcèlement en milieu scolaire préoccupe de plus en plus les parents et les enseignants.
    Les brimades, les insultes et les menaces nuisent de manière évidente au bien-être des jeunes.
    L'utilisation de l'espace numérique et ses dérives viennent également compliquer le problème du harcèlement scolaire.
    Toutes ces formes de violences visibles ou invisibles échappent, pour la plupart d'entre elles, au contrôle des enseignants, des éducateurs et des parents.
    Le harcèlement en milieu scolaire est un phénomène contre lequel on ne peut lutter seul.
    Il n'est pas seulement l'affaire d'une victime et d'un auteur mais de tout le monde.

    • Comment pouvons-nous ensemble prévenir le harcèlement en milieu scolaire ?
    • À quoi devons-nous être attentifs pour réagir au mieux dans une situation d'intimidation ?
    • Quelle aide apporter à son enfant, qu'il soit victime, auteur ou témoin ?

    Pour répondre à toutes ces questions, n'hésitez pas à nous rejoindre nombreux à ce premier « Jeudi Santé » de l'année.

    Consultez le programme complet ici !
    Conférencières : Madame Véronique LIVET, assistante sociale, et Madame Chloé CLINQUART, infirmière en santé communautaire du service Openado

    Échanges avec le public à l'issue de la conférence
    En collaboration avec l'Openado

    S'informer, c'est bon pour la Santé !
    Conférence gratuite et ouverte à tous sur réservation.

    Information(s) pratique(s)
    Service I Prom'S (Service Itinérant de Promotion de la Santé) - rue de Wallonie, 26 - 4460 Grâce-Hollogne

    Tél. 04/279.43.40 - email : iproms@provincedeliege.be
    Lieu
    Salle des fêtes de l’IPES de Huy - Avenue Delchambre, 6

    4500 Huy

    Capture d’écran 2020-01-27 à 15.55.47.png
    Source Province de Liège

  • Bpost. Tous les enfants peuvent écrire une lettre à Saint-Nicolas avant le 1 déc. 2018


    Tous les enfants peuvent écrire une lettre à Saint-Nicolas avant le 1 décembre 2018.
    Écrire une lettre à Saint-Nicolas, c’est chouette, non ? Chaque enfant qui écrira ou enverra un dessin à Saint-Nicolas recevra une lettre accompagnée d'un cadeau... encore secret !
    Une seule adresse :Saint-Nicolas. Rue du Paradis 1
    0612 Ciel

    Les classes peuvent également lui écrire. Il suffit que l'institutrice rédige une lettre et y joigne les dessins et les messages des enfants.
    Il est important que le nom de l’enfant ou du professeur soit mentionné sur l’enveloppe. Saint-Nicolas et bpost demandent également de bien écrire et surtout de manière lisible.

  • Enseignement. 1.044 petits Belges sont instruits à domicile

    capture ecran 2018-08-31 à 16.43.14.jpg

    Photo d'illustration AL

    En l’espace de dix ans, le nombre d’enfants instruits par leurs parents à domicile a doublé en Fédération Wallonie-Bruxelles, selon des chiffres publiés lundi par l’administration de l’enseignement.
    En 2008, on avait dénombré 502 enfants instruits à la maison, contre 1.044 au cours de l’année scolaire qui vient de s’achever. Le phénomène reste toutefois marginal à l’aune d’une population scolaire de quelque 900.000 enfants à Bruxelles et en Wallonie.
    Selon l’administration, la hausse du nombre d’enfants instruits à domicile constatée entre 2008 et 2013 s’explique pour l’essentiel par l’amélioration du contrôle du respect de l’obligation scolaire. Plusieurs enfants étaient alors éduqués à la maison sans que leurs parents l’aient déclaré.
    UNE ANNÉE SCOLAIRE
    Entre 2013 et 2017, le nombre d’enfants formés à la maison est resté stable avant de connaître une hausse de plus de 10% l’année écoulée. Selon l’administration, ce choix d’enseignement à domicile n’excède pas une année scolaire pour près de la moitié des enfants concernés. Parmi les enfants suivant l’enseignement à domicile, la proportion des enfants en âge d’enseignement primaire et de ceux en âge d’enseignement secondaire est de l’ordre de respectivement 55 et 45 %.

     

  • Congés scolaire 2018-2019

    capture ecran 2018-08-31 à 11.26.13.jpg

    Année scolaire 2018-2019
     
    Rentrée scolaire: lundi 3 septembre 2018
    Fête de la Communauté française: jeudi 27 septembre 2018
    Congé d'automne (Toussaint): du lundi 29 octobre 2018 au vendredi 2 novembre 2018
    Vacances d'hiver (Noël): du lundi 24 décembre 2018 au vendredi 4 janvier 2019
    Congé de détente (Carnaval): du lundi 04 mars 2019 au vendredi 8 mars 2019
    Vacances de printemps (Pâques): du lundi 08 avril 2019 au lundi 22 avril 2019
    Fête du 1er mai: mercredi 1er mai 2019
    Congé de l’Ascension: jeudi 30 mai 2019
    Lundi de Pentecôte: lundi 10 juin 2019
    Les vacances d'été débutent le lundi 1er juillet 2019
  • "Léo & Julien", un conte écologique et le premier album jeunesse de l’écrivain Ramelotois, Sonia Coudert

    capture ecran 2017-06-01 à 13.10.51.jpg

    C’est l’illustratrice Little Roisin qui a sollicité Sonia Coudert pour la création d’un conte écologique pour enfant. Léo & Julien est maintenant sorti en librairie, 68 pages illustrées à destination des  jeunes de 4 à 6 ans.

    Julien a un ami un peu particulier, un poisson nommé Léo ! Ils jouent ensemble très souvent. Quand la pollution de la rivière menace la vie de Léo, notre petit héros va comprendre qu’il est important de respecter et de protéger la nature. Julien va alors tout faire pour que les adultes changent  de comportement. Il va donc tenter de convaincre tout son entourage.

    capture ecran 2017-06-01 à 13.09.38.jpg

    Sonia Coudert aime aussi conter des histoires et elle a prévu d’aller présenter son livre dans les écoles. Elle sera prochainement dans la classe de 3ème  année primaire à  Soheit-Tinlot.

    Ce dimanche à l’école Sainte-Reine.
    A l’occasion de la fancy-fair de l’école Ste-Reine, l’auteur sera présente dimanche mdi  pour présenter son livre. (17€)

    capture ecran 2017-06-01 à 13.12.29.jpgEn librairie

    Période de précommande du 1er mai au 15 juin !
    Commandez dès maintenant votre exemplaire dédicacé par l'illustratrice et par l'auteure !
    (réception des précommandes dédicacées entre le 15 et le 31 juillet) 64 pages
    ISBN 978-2-930839-62-2
    Nature – Amitié - Écologie
    http://livrs-editions.com/?product=leo-julien

    2689701217.jpg

    Voir l'article précédent de Sonia Coudert sur ce blog

  • Tinlot, les enfants des écoles ont "battu tambour" pour la paix

    C'est sur la place de l'église à Fraiture, que les enfants des deux écoles avaient rendez-vous ce premier jour du printemps pour les "tambours de la paix".
    Une averse menaçante sur le coup de 11H30 a contraint les responsables à utiliser l'église pour se mettre à l'abri de la pluie. C'est donc dans l'église de Fraiture que les djembés et les instruments de tout type ont résonné pendant 45 minutes.

    capture ecran 2017-03-22 à 20.06.53.jpg

    capture ecran 2017-03-22 à 20.02.27.jpg

    Les enfants de 1e, 2e, 3e et 4e année ont défilé tout à tour, seul, par deux ou en groupe pour exprimer leurs messages de paix avec leurs mots et leurs expressions au rythme des tambours.

    capture ecran 2017-03-22 à 19.59.41.jpg

    capture ecran 2017-03-22 à 19.56.00.jpg

    Et pour clôturer cette manifestation, le traditionnel lâcher de ballons est remplacé par un nuage de bulles multicolores pour le plus grand plaisir des enfants.

     

  • Marchin. Un court-métrage pour les enfants. Un objectif pédagogique: sensibiliser les bambins à la forêt

    Des images valent parfois plus que des mots. C’est sur cette devise que Sébastien Pins, un réalisateur marchinois de 26 ans, crée ses films et courts-métrages. Mais c’est également un amoureux de la nature, et surtout de la forêt ardennaise. Et il espère bien la préserver, notamment, en sensibilisant le grand public au travers de ses créations.
    Ses armes? Une caméra, un regard d’enfant et un projet éducatif en perspective. En effet, dès la création de son court-métrage «Regard d’enfant», lancé il y a deux ans, Sébastien Pins s’est attelé à la création d’un dossier pédagogique.

    capture ecran 2017-02-27 à 08.21.16.jpg

    «Le film et le making-of en seront les outils. Projetés aux classes de sixième primaire et au premier degré de l’enseignement secondaire dans divers cinémas, ils feront office de débats avec les jeunes après la projection. Le réalisateur et des acteurs de la préservation de nos forêts seront présents pour animer le débat», explique Sébastien Pins. Mais en plus d’un travail de réflexion, les élèves seront amenés à se rendre au-delà des quatre murs de leur classe. «Avec le soutien de la Société Royale Forestière de Belgique dans son action ‘Planter un arbre’, une demi-journée sur le terrain, en forêt, sera également assurée.

    Ainsi, chaque enfant de-viendra gardien de la forêt en ayant la possibilité de planter un arbre ou de réaliser divers travaux forestiers. Les enfants sont les acteurs du monde de demain! En leur donnant la possibilité d’agir, ils porteront un «Regard» nouveau sur la forêt. Le corps enseignant se verra offrir le DVD du film ainsi que son dossier pédagogique pour animer une leçon sur la protection de la forêt et sur sa gestion durable», poursuit le Marchinois. La force de ce projet? Une vision pluridisciplinaire. «Il concerne autant le cours de français que ce-lui de l’éveil scientifique et, bien sûr, celui de l’expression artistique.» Avant le film, la bande-annonce sera projetée, pour au final, autour d’une interaction orale, «communiquer et se connaître mieux dans sa relation avec la forêt». Le but de cette démarche est d’aller le plus loin possible dans la réflexion.

    «Le film sera projeté aux classes de 6eprimaire et au 1erdegré de l’enseignement secondaire dans divers cinémas»

    «L’objectif serait, dans un premier temps, de proposer ce pro-jet dans les classes de l’arrondissement de Huy-Waremme.» Mais pour ce faire, il faut encore tourner le court-métrage en question. «Le travail de préproduction a déjà été fait». Ce que Sébastien Pins attend pour cela? Le financement nécessaire! «Cela fait deux ans que je bataille pour financer ce projet d’un budget de100.000 euros.»-C.L. (La Meuse du 27 février)

    A noter
    Envie d’apporter votre soutien? Rendez-vous sur le site internet du projet