Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Découverte Condroz

  • Le Fraiturois Jonathan Lardot : arbitre de l’année: «Une autre saveur qu’en 2018»

    Il l’a fait ! Absent du trio magique en 2019, quand Erik Lambrechts avait devancé de peu Bram Van Driessche et Lawrence Visser, Jonathan Lardot s’est remémoré de jolis souvenirs. Élu arbitre de l’année au terme de la saison 2017-2018, l’Ouffetois d’origine, passé citoyen de Fraiture, a reçu ce prix une seconde fois, ce lundi soir. Une immense joie pour le principal intéressé, pour une simple et bonne raison. "Ce sont les joueurs, les entraîneurs et les dirigeants qui votent. Cela prouve donc que mon travail sur le terrain est apprécié... "
    Article à lire dans La Meuse

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Tinlotois et Condrusiens dont on parle!
  • Tinlot. Esth'elle fait peau neuve !

    Capture d’écran 2021-05-02 à 19.05.55.png

    C’est en 2013, à l’âge de 19 ans, qu’Estelle Lecomte a ouvert son institut de beauté, aménagé dans une annexe de la maison familiale, à Soheit-Tinlot. 
    Depuis la récente réouverture des méiers de contacts, c’est un peu plus haut dans la rue du centre, au numéro 47A, que se situe maintenant le tout nouvel institut de beauté Esth’Elle.

    Passionnée par son métier, depuis 8 années, Estelle ne cesse de se perfectionner afin d’apporter le meilleur à sa clientèle. 

    Pour votre confort, l’institut dispose d’une cabine de soins ainsi que d’un espace onglerie.
    Spécialisée dans le modelage d’ongles en gel et la pose d’extensions de cils, Estelle propose également des soins visages, des épilations ou encore du vernis semi-permanent. Vous avez également la possibilité d’emporter des bons-cadeaux. 

    N’hésitez donc pas à vous offrir un moment de détente et de bien-être dans une ambiance conviviale et chaleureuse. 
    L’institut est ouvert du lundi au samedi sur rendez-vous au 0478/58.14.69 (appel et message). Accès facile avec parking. 

    Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page facebook de l’institut de beauté :  Esth’Elle

    Capture d’écran 2021-05-02 à 19.10.09.png

    La nouvelle installation située 47a, rue du Centre
    à quelques centaines de mètres de l'ancienne adresse

    Imprimer Lien permanent 1 commentaire Catégories : Annonces, Tinlotois et Condrusiens dont on parle!
  • Démantèlement de sites d'ArcelorMittal en région liégeoise : permis octroyés

    demantelement-de-sites-d-arcelormittal-en-region-liegeoise-permis-octroyes_terrains-arcelor-des-millions-pour-les-etudes-de-pollution_la-wallonie-veut-racheter-chertal_chertal.jpeg
    La fin d'une partie de nos paysages industriels

    Les permis uniques (environnement et urbanisme) pour le démantèlement de deux sites désaffectés d'ArcelorMittal en région liégeoise ont été octroyés par les administrations régionales, ont annoncé les ministres wallons Willy Borsus (Aménagement du territoire) et Céline Tellier (Environnement).
    Prévues pour une durée maximale de trois ans, ces opérations de déconstruction concernent en particulier 164 ha répartis sur les sites de Chertal et du haut-fourneau B d'Ougrée (HFB). Les permis relatifs au démantèlement des sites du HF6 (34 ha) et de la Cokerie (34 ha) ont déjà été octroyés et la déconstruction a commencé.
    325.000 tonnes de déchets
    Les chantiers faisant l'objet du permis unique génèreront un volume total de 325.000 tonnes de déchets et matériaux qui seront orientées vers les filières adéquates afin de maximiser leur recyclage. Leur convoyage privilégiera les voies d'eau et le rail pour des raisons d'empreinte environnementale. Des opérations de désamiantage sont prévues.
    Lire la suite de l'article d'Alain W. sur RTC

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Histoire communale
  • Modave. Un modéliste reproduit la ligne 126 de Modave-village

    144094396_10225327003350489_1180212616727152295_o.jpg

    L’été dernier, l’ancienne ligne de train 126 de Modave faisait parler d’elle en raison de la restauration de l’arrêt de train Modave-village, longtemps laissé à l’abandon. Cette initiative portée par la CLDR a mis en lumière cette section très appréciée du RAVeL reliant Huy à Ciney...

    Capture d’écran 2021-01-31 à 16.20.18.pngUn modéliste de Silly, commune située entre Tournai et Bruxelles, a décidé de reproduire cet endroit au caractère historique unique, à l’échelle 1/87ème (HO).
    « Je suis passé par là lors d’une balade à vélo sur le RAVeL et j’ai trouvé le coin très intéressant », se remémore Sébastien Hubert (48 ans).
    « J’ai voulu en faire une petite représentation du site dans les années 1960, à la fin de l’exploitation de la ligne de chemin de fer. L’idée étant de pouvoir faire circuler des trains sur le module »
    ... En septembre, Sébastien lance un appel sur le groupe Facebook de Modave pour récolter un maximum de documentation en lien avec les lieux... lire la suite de l'article de P.Tar. dans La Meuse H-W
     
    A suivre sur « Modave, ses villages, ses hameaux » et peut-être au syndicat d'initiative...
    L'œuvre du modéliste représente l’arrêt de train (dans son état de détérioration de 1960), le tunnel, le pont passant au-dessus d’un ruisseau, la partie rocheuse longeant la voie, une petite route et une maison au-dessus du tunnel. Le diaporama est composé de 2 modules de 90x30 cm, soit 180 cm de long.
    "J'y travaille régulièrement le soir et j’y passe 3 à 4 heures le week-end. Tout est réalisé à la main".
    Le modéliste partage régulièrement des photos de l’avancée de ce mini-chantier sur le groupe Facebook « Modave, ses villages, ses hameaux » et il a même été contacté par le Syndicat d’Initiative de Modave qui envisage d’exposer son œuvre, une fois terminée.
    Voir également l'article de L'Avenir
     
    Voici quelques photos de l'avancée des travaux de l'arrêt Modave-Village publiées par Sébastien sur « Modave, ses villages, ses hameaux »

    Capture d’écran 2021-01-31 à 16.34.22.png

    "Beaucoup de boulot au bureau les 2 dernières semaines donc peu d'avancée.
    Tout d'abord fabrication de 3 cheminées pour la maison. Elles ne sont pas terminées, doivent encore être peintes, posées et aussi placer les zincs.
    Aujourd'hui pose de l'herbe sur une grosse partie des modules. J'avais envie d'avoir un effet ronces/taillis sur les pentes. Je suis content du résultat.
    Demain suite de la pose de l'herbe et de la suite".
    Sebastien Hubert
    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Loisirs, Patrimoine
  • Tourisme local, nature, sorties ludiques, balades...

    Capture d’écran 2021-01-19 à 17.24.37.png
    *   La Maison du Tourisme Terres de Meuse propose 60 sorties ludiques et pédagogiques à découvrir ici : https://www.terres-de-meuse.be/activites-pedagogiques
    Vous êtes gourmands de dépaysement et d'authenticité ? Notre région, rurale et contrastée, possède de nombreux atouts pour rendre votre séjour inoubliable. Découvrez également le guide touristique Terres de Meuse en suivant ce lien : https://www.terres-de-meuse.be/guide-touristique

    Capture d’écran 2021-01-26 à 11.03.49.png

    *  Voici les 18 projets touristiques axés sur la nature à Huy-Waremme en 2021
    La Province de Liège va soutenir financièrement 64 projets touristiques axés sur la nature en 2021, dont 18 rien qu’à Huy-Waremme. Voici la liste des évènements auxquels vous pourrez participer.
    La Meuse H-W
    A découvrir également sur :  www.liegetourisme.be/wallonie-nature .
     

    Capture d’écran 2021-01-26 à 11.04.48.png
    Une boucle de 15 km qui traverse forêts et campagnes. - D.R.

    * Une promenade à Ferrières élue « circuit du mois » sur le site de référence Randobel
    Le manteau de neige qui a récemment recouvert Burnontige a attiré de nombreux touristes. À tel point que la balade des Arsins, au départ du chemin du Vicinal, a été nommée « circuit du mois » par le site de référence Randobel.
    C’est une fierté pour les employés de l’office du tourisme de Ferrières, qui s’attellent à entretenir et à faire la promotion des sentiers de promenade de la commune. La balade des Arsins, boucle de 15 km qui traverse les forêts et campagnes autour de Burnontige, a été élue circuit du mois sur le site de référence Randobel, qui compte 47.000 membres et près de 8.000 circuits... Lire la suite La Meuse H-W
    Contact: 086 40 99 69
    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Anciennes photos Tinlot, Découverte Condroz, Nature, Syndicat Initiative
  • Guide Michelin. Toujours deux étoilés condrusiens et une nouvelle étoile verte !

    * Marchin: la cheffe Arabelle Meirlaen décroche une étoile verte au Guide Michelin
    Cette année, le Guide Michelin Benelux lance « l’étoile verte » en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg. Un prix qui récompense l’engagement d’un chef en faveur de la durabilité. La cheffe déjà étoilée Arabelle Meirlaen, installée à Marchin, vient de l’obtenir...
    Pas de changement dans notre arrondissement, Philippe Fauchet (St-Georges), Christophe Pauly (Tinlot) et Arabelle Meirlaen (Marchin) sont toujours les trois seuls chefs étoilés de Huy-Waremme, ils ont réussi à conserver leur étoile, pour rappel remise en jeu chaque année. La Meuse H-W

    Capture d’écran 2021-01-19 à 14.50.53.pngArabelle Meirlaen, Green star et Révélation de l’année pour le Guide Michelin. Doc

    * Nos étoilés, pas obsédés par une deuxième étoile au Michelin. L'Avenir

    136366900_4150312801650182_8530408847142817390_n.jpg

    Michelin 2021 - 17ème année étoilée. Merci ! Merci à vous, à tous ceux qui nous soutiennent de près ou de loin. 2020 a été l'année de tous les défis. 2021 sera, nous le souhaitons, l'année de tous les possibles. Une année pleine de saveurs, riche en découvertes et nouveautés... à partager avec vous ! www.lecoqauxchamps.be

    139786471_4167215219959940_276652730460250298_o.jpg* Nouveau menu Take Away.  Menu des Réservation au 085 51 20 14. Menu des 22, 23 et 24 janvier
    * St Valentin au coin du feu par Le Coq aux champs Take away - 12 & 13 février. www.lecoqauxchamps.be

    A lire également dans l'Avenir: Christophe Pauly (Le Coq aux Champs) désigné chef de l’année par Gault & Millau Belux (23 nov. 2020)

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : cuisine, Tinlotois et Condrusiens dont on parle!
  • Fraiture. Un très bel hommage rendu à Marcel Leclère dans son village

    Capture d’écran 2021-01-16 à 10.57.10.pngQuelques prises de paroles sur le parvis de l'église, avec beaucoup d'humour et de tendresse pour évoquer une personnalité très attachante. Des paroles bien utiles qui recréent un peu les liens dont nous avons tant besoin en cas de deuil et particulièrement en cette période d'isolement forcé.

    C'est un très bel hommage qui a été rendu à Marcel Leclère jeudi après-midi dans son village de Fraiture. (Voir l'avis de décès et l'article précédent sur ce blog))
    Vers 14hrs, de nombreux proches et villageois ont attendu l'arrivée du corps aux alentours et devant l'église. Comme la cérémonie religieuse était limitée à quelques personnes, c'est depuis le parvis de l'église que quelques proches ont pris la parole,  malgré le froid  et sous les flocons de neige fondante.
    Malou Modave, pour l'Unité Pastorale du Condroz a accueilli le défunt devant et dans "son église" en soulignant tout le temps et l'énergie qui l'y avait consacré.
    Ses petits enfants, sa fille et Marcel Ponthier, pour la Fabrique d'église, ont ensuite évoqué la personnalité très attachante de Marcel, de manière très émouvante, très simplement mais avec beaucoup d'humour et de tendresse.
    A la sortie de la messe, un cortège s'est formé en direction du cimetière non loin de là.
    La famille, par l'intermédiaire de Xavier Leclère, a tenu à remercier tous ceux se sont manifestés dans ces circonstances très difficiles:

    "Je serai incapable de vous remercier à la hauteur du bonheur que vous m'avez tous apporté par votre chaleureuse présence ! Je n'ai pu observer tous vos visages, mais j'ai le sentiment d'avoir croisé des yeux remplis d'émotions et de larmes positives et non d'une simple tristesse. 
    Je tiens à adresser mes salutations au prêtre, Monsieur l’Abbé Binon qui, par son attitude positive, a rendu les choses plus faciles et le remercier pour son geste d'une bien belle attention: avoir laissé dans l’église la crèche et les illuminations de Noël que Marcel aimait tant. Merci aux personnes qui ont pris l'initiative de rendre ce lieu si attrayant avec les nombreuses bougies. 
    Et un immense merci à toutes les personnes venues parfois de loin (je pense beaucoup à de nombreux amis de Liège et de plus loin encore) qui parfois ont pris congé pour venir l'applaudir avant et encore plus nombreux après la messe. En sortant les gens n'osaient pas applaudir, j'ai lancé le mouvement et mon coeur s'est rempli de bonheur en découvrant la réaction immédiate ! 
    Merci mille fois à tous d'avoir bravé le froid et quelque part un petit peu l'interdit pour venir rendre cet hommage sublime à mon papy ! Merci d'avoir attendu la sortie du cortège malgré la bonne heure de retard ! 
    J'ai toujours cru que la perte de mon grand-père serait invivable, insurmontable. Grâce à vous, cet enterrement me laissera à vie un souvenir joyeux, heureux, impérissable. Je ne pensais pas avoir un jour l'envie de garder le souvenir d'un enterrement, aujourd'hui ce jour est gravé dans ma mémoire pour toujours et restera un souvenir positif, voire même peut-être jusqu'à présent le jour et l'initiative, l'organisation, dont je suis le plus fier de toute ma vie.
    Infiniment MERCI ! Merci pour lui, pour ma Grand-Mère Marie qui a trouvé cet hommage somptueux, elle non plus n'est pas prête d'oublier ce jour. Ma maman Martine, ma marraine Françoise, toutes les 3 sont tellement heureuses de la manière dont les évènements se sont déroulés. Nos cousins, ma sœur, tout le monde vous dit MERCI ! »
    Xavier Leclère

    Capture d’écran 2021-01-16 à 11.00.53.png

    Téléchargez ici un des textes lus, en hommage à Marcel Leclère

    N.B. Les photos ou vidéos que vous auriez réalisées durant ces moments sont vraiment les bienvenues. N'hésitez pas à en faire part à la famille via xavierlegraphiste@gmail.com.

    Imprimer Lien permanent 2 commentaires Catégories : Nécrologie, Tinlotois et Condrusiens dont on parle!
  • Fraiture. Funérailles en mode COVID de Marcel Leclère. Témoignage et regrets de Xavier, son petit-fils

    Le décès de Marcel Leclère (voir l'article précédent), suscite l'émotion dans son village.
    Voici le témoignage attristé de Xavier, qui ne pourra pas rendre à son grand-père, l'hommage auquel il aurait eu
    droit en temps normal.

    Capture d’écran 2021-01-12 à 14.33.41.png

    Marcel Leclère, décembre 2020

    "Jamais une seconde dans ma vie je n’aurais pu imaginer que son église, son lieu, celle pour qui il a tant donné à côté du d’Zy, puisse être vide lors de nos adieux à ce grand monsieur. Depuis les 4 dernières années durant lesquelles papy vient de virevolter avec quelques maladies, quelques faiblesses mais toujours avec le sourire et la force, je n’ai pas passé une journée sans penser à l’hommage que je lui rendrai à sa mort. 

    Et aujourd’hui, je tombe de haut. Aujourd’hui, celui pour qui je suis tellement fier, celui qui m’a appris les plus belles valeurs du monde, celui à qui je ressemble déjà beaucoup, n’aura pas droit à l’hommage que j’aurais aimé lui réserver. Au même titre qu’un Georges Filée (Papoum), Marc Demeyer, Cathy Fraiture… c’est une acclamation qu’il mérite. Comme je le dis souvent: voilà encore quelqu’un qui mérite d’avoir sa statue sur la place du village. Bref, mon plus grand souhait en temps normal aurait été de demander à tous ceux présents à l’église de se lever et de l’applaudir… J’aurais tant aimé donner ça à ma grand-mère, Marie, à ma maman, ma marraine, à moi même, aux cousins, à ma soeur et à lui et à ceux qui l’aiment. 
Mais il n’en sera rien vu les conditions actuelles. On sera une petite vingtaine ou un peu plus… C’est sans parler des 2 heures minables qui nous sont autorisées au funérarium. 
    J’aurais été tellement heureux de pouvoir donner vie à cet hommage qu’il mérite tant. 
    On dit souvent qu’il ne faut pas cacher sa joie, pour une fois j’aurais souhaité  ne pas cacher notre tristesse et transformer ce jour en quelque chose d’inoubliable".

    Imprimer Lien permanent 6 commentaires Catégories : Nécrologie, Tinlotois et Condrusiens dont on parle!
  • Clavier: la restauration de la chapelle Saint-Fontaine se concrétise en 2021

    Il y a 8 ans, un comité se formait pour préserver le patrimoine de Saint-Fontaine et son emblématique chapelle du 12e siècle, dont l’état se dégradait fortement. En 2021, le dossier arrivera à son terme et les travaux subsidiés pourront commencer.
    Pour les membres du comité « Protection du Patrimoine de Saint-Fontaine », l’année 2021 promet d’être synonyme de soulagement. En effet, la commune de Clavier a prévu un montant de 415.000€ dans son budget pour la maintenance et la restauration de la chapelle Saint-Fontaine, dont 267.500€ de subsides. Un montant de 12.500€ est également prévu pour remettre en état le cimetière qui entoure cet édifice du 12e siècle, situé juste à côté du château.

    Électricité, toiture
    Dans ce marasme, l’idée que la chapelle s’offrira bientôt une seconde jeunesse a de quoi réjouir. « La toiture sera refaite, mais aussi l’écoulement des eaux, les menuiseries extérieures, le bas des murs… On va aussi installer l’électricité, aménager l’accès à la chapelle et réaménager le parvis ».

    Le bâtiment a eu droit à un subside supplémentaire de la Région car des activités culturelles y sont organisées. Le comité a proposé un plan sur dix ans pour faire vivre la chapelle à travers divers concerts, expos, événements et visites. « Quand on pourra redémarrer, on va aussi créer une bière propre à Saint-Fontaine à l’aide de la brasserie Minne ».
    Nul doute que ce lieu à l’acoustique exceptionnelle attirera encore plus d’artistes une fois rénové. Plus qu’un sauvetage, le comité PPSF à contribué à donner une seconde vie à cette chapelle hors du temps.
    P.Tar. La Meuse H-W

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Patrimoine
  • Femmes & Patrimoine. Ce sera le thème des Journées du patrimoine 2021 !

    jp-logo-basse.png

    La ministre du Patrimoine, Valérie De Bue, a choisi le thème des Journées du Patrimoine 2021 (11 et 12 septembre) : Femmes & Patrimoine.

    Seront considérés dans le thème, les lieux qui répondront à l’un des éléments suivants :

    1. La mise en valeur d’une ou de plusieurs femme(s) qui a/ont joué un rôle (l’action/l’implication des femmes dans le patrimoine) dans l’histoire ancienne ou récente du lieu.
    2. La mise en valeur d’une ou de plusieurs femme(s) qui ont marqué le lieu :
      • églises et lieux de cultes portant le nom d’une sainte,
      • monument/site érigé en mémoire d’une femme,
      • lieux portant le nom d’une femme,
      • lieux devenus célèbres grâce à la présence d’une femme.
    3. La mise en valeur de biens patrimoniaux wallons en lien avec l’évolution des droits sociaux et politiques des femmes en Belgique.
    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Patrimoine, Société, Syndicat Initiative
  • L’incroyable transformation du château de Vyle-et-Tharoul va se concrétiser

    B9725585801Z.1_20201218211843_000+G13H8VLH0.1-0.jpg

    Louis Cop a eu tout de suite le coup de coeur pour le château. - A.G.

    En mars 2017, nous vous emmenions dans les ruines du château de Vyle-et-Tharoul (Marchin), à la découverte d’un projet fou, né de l’ambition du promoteur Louis Cop (Cop & Portier), nouveau propriétaire de cette bâtisse néo-classique du 19e siècle où tout est à refaire.
    « Cet endroit était un coup de cœur dès le départ », rappelle-t-il aujourd’hui avec une détermination intacte. « J’ai toujours été fasciné par ce château. Mon idée, dès le départ, était d’aménager des appartements. Les plans ont été terminés fin 2018 ».
    Ce projet fastidieux consistant à transformer un vieux château abandonné et squatté en un ensemble immobilier moderne et luxueux avait tout d’une chimère, et pourtant, il est désormais sur le point de se concrétiser.
    « Le chantier va débuter fin avril ou début mai 2021 », annonce Louis Cop. « On n’a plus rien fait depuis 2017, au moment où on a vidé le château. Maintenant, on a un peu plus de disponibilité donc on va pouvoir commencer ».

    17 mois de travaux
    Au total, les colossaux travaux devraient durer 340 jours ouvrables et s’étaler sur une période d’environ 17 mois, laissant entrevoir un aboutissement vers la fin 2022. « Disponible le 1er janvier 2023 », peut-on lire sur le site Immoweb où les différents biens sont déjà affichés par l’agence hutoise Trevi Rasquain.<
    Une fois construit, l’ensemble immobilier de l’ancien château de Vyle-et-Tharoul comprendra 14 appartements et 5 maisons de standing de 1 à 3 chambres. Les maisons vont de 94 à 142m² pour un prix allant de 185.000€ à 220.000€. Elles seront situées à la place des anciennes granges, de l’autre côté de la cour.

     

    14 appartements et 5 maisons.
    14 appartements et 5 maisons. - Cop

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Patrimoine
  • Un subside de 27.000 € pour la mise en valeur du rocher du Vieux château à Modave

    B9725465868Z.1_20201208195657_000+GC0H6NUUN.1-0.jpg

    La végétation a envahi le rocher qui va être remis à nu. - Entre Eaux et Châteaux

    L’éperon rocheux du « Rocher du Vieux-Château » à Pont-de-Bonne, appartient à la Commune de Modave. Ce site exceptionnel est classé « Site archéologique et Natura 2000 » depuis 1976.
    Depuis 2003, le Cercle archéologique Hesbaye-Condroz y a entrepris des fouilles qui ont permis de mettre à jour des vestiges de deux remparts, l’un est daté du 1er siècle avant J-C, le second du début du Moyen-Âge. La fonction du site à ces périodes reste encore inconnue à ce jour.
    Lors du classement du site, l’éperon rocheux était nu. Depuis, la végétation l’a envahi. D’où ce projet de la commune de le ramener à son aspect initial.

    Eco-paturage
    Un dossier a été introduit auprès de la Région wallonne. « Le projet consiste en un déboisement partiel et un défrichement du plateau pour revenir à la configuration antérieure du paysage plus ouvert. Il est également prévu la pose d’une clôture pour développer un éco-paturage sur les pelouses calcaires », développe le bourgmestre Eric Thomas qui vient de recevoir un courrier de la Région wallonne l’informant de l’octroi des subsides pour ce projet.
    Le montant s’élève à 27.866 euros et couvre l’intégralité du chantier. « Les travaux vont consister à couper et évacuer les arbres et arbustes sur 2.7 hectares, fraiser le sol et certaines souches, couper et évacuer les arbres en pente rocheuse, poser une clôture, des portes et barrières afin de faire pâturer les bovins » détaille Eric Thomas, heureux de voir aboutir ce projet initié en novembre 2019.
    La Meuse H-W

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Patrimoine, Syndicat Initiative
  • La Brasserie Minne, primée au concours international "Brussels Beer Challenge 2020"

    Capture d’écran 2020-11-25 à 17.43.25.png

    IMG_0067.jpeg

     
    Après la nomination de Christophe Pauly comme meilleur chef de l'année (voir l'article d'hier), c'est un second Tinlotois qui a été mis à l'honneur avec Philippe Minne pour sa super sanglier au Brussels Beer Challenge 2020.
    La Brasserie Minne remporte en effet la médaille de Bronze dans un concours international de haut niveau.
    Bravo à eux!

    Capture d’écran 2020-11-25 à 17.35.04.png

     
    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Tinlotois et Condrusiens dont on parle!
  • Le Tinlotois Christophe Pauly, meilleur chef de l’année !

    Devant un public numérique de plus de 2000 restaurateurs, journalistes et partenaires, Marc Declerck et la présentatrice Virginie Claes ont dévoilé la dix-huitième édition du Guide Gault&Millau belge. Le titre de Chef de l’année 2021 revient cette année à Christophe Pauly du restaurant Le Coq aux Champs à Soheit-Tinlot. « Christophe Pauly travaille avec les meilleurs ingrédients, souvent issus du terroir wallon et, en tant que NorthSeaChef, il opte pour ce que nos pêcheurs ramènent de meilleur. Comme les meilleurs chefs, il atteste de sa créativité et de ses qualités techniques en surprenant avec des desserts exceptionnels, légers, aériens ou amusants » explique la rédaction. « La finesse et l’équilibre parfait des plats sont deux caractéristiques récurrentes de son style », confirme le CEO Marc Declerck.

    « Je suis très heureux »
    Depuis 17 ans, Christophe Pauly a su faire de son restaurant, une cuisine renommée. Quelques minutes après avoir appris la nouvelle, le chef nous a livré sa réaction. « C’est une super bonne nouvelle. Je suis très heureux. C’est la récompense de plusieurs années de travail. J’ai encore plein de choses à faire. Mais l’avantage d’un prix comme celui-ci, c’est que cela me conforte dans la vision de la cuisine, du restaurant et de ce côté convivial », nous confie-t-il.

    À seulement 42 ans, Christophe Pauly décroche ce titre de « chef de l’année » dans une période plus que compliquée pour l’horeca. « C’est une période difficile pour tout le monde. Mais je m’en sors vraiment bien avec l’emporter que j’organise. Il faut se réinventer et trouver des solutions. Je veux continuer mon métier et je ne veux pas subir cette crise », poursuit-il.

    Perpétuellement à la recherche de nouveaux projets, le Tinlotois risque bien de nous surprendre les mois prochains. « Je suis sans arrêt à la recherche de nouveaux projets. Quand quelque chose est mis en place, il faut que je passe à autre chose sinon je m’ennuie. Il faut continuer à avancer, progresser et évoluer », conclut le chef de l’année.

    La Meuse H-W
    Les autres lauréats

    Voir le reportage JT RTL TVI

    Capture d’écran 2020-11-24 à 19.17.51.png

     

    Imprimer Lien permanent 2 commentaires Catégories : Tinlotois et Condrusiens dont on parle!
  • Histoire locale - patrimoine. Les Tilleuls de Tinlot

    DSC_7422.jpeg
    Le Tilleul de Ramelot, en bordure de la Chaussée Romaine

     

    Les tilleuls de Tinlot  (Louis Pauquay, Abée)

    Le tilleul du carrefour de Ramelot, on connaît. Bien sûr ! Mais les tilleuls, ceux qui ont laissé leur empreinte ou qui se dressent encore dans chaque village de Tinlot ? On en compte déjà 9 parmi les arbres remarquables de l'Entité. Pourtant les générations qui s'y sont succédé ont toujours eu une relation privilégiée avec cet arbre majestueux qui a fourni son nom à Tinlot : tilia en latin, supplanté par le diminutif tiliolus chez les Gallo-Romains, est devenu tilleul et tiou (ou tiyou / thyou) en wallon, parler habituel des Condrusiens liégeois jusqu'au début du XXe. C'est également tilia qui donna le toponyme de Tillesse (jadis Tilhace, Tiliesse), ou encore de nombreux noms de famille, comme (De)Thioux, (De)Tilleux, Thiry et bien d'autres.

    La variété la plus répandue dans nos régions est le tilleul hybride européen, ou tilleul de Hollande, caractérisé par des feuilles de taille moyenne. Il ne s'agit pas d'une essence noble en dépit des services quotidiens que son bois rendait aux villageois : son bois tendre se travaillait facilement pour faire des ustensiles de cuisine légers; on pouvait le cintrer, le polir et le mettre en contact avec des tissus délicats sans risque d'accrocs; en outre on détachait le liber séparant l'écorce du bois pour obtenir des fibres (teille ou tille) qu'on rouissait comme le lin afin de tresser des cordages et des nattes.
    C'est avant tout un bel arbre qui, s'il est bien taillé dans sa jeunesse, peut atteindre 30m. et un âge respectable en résistant à tous les avatars de sa vie. Une étonnante longévité, souvent pluriséculaire !
    Il la doit à l'enveloppe vivante qu'il reconstitue autour de son tronc quand celui-ci se meurt et est creusé par la pourriture : de nouvelles racines se développent sur les anciennes et apportent la sève à la couronne de la tête. La circonférence du tronc creux peut ainsi dépasser 5 m.

    A Ramelot
    C'est le cas du vénérable tilleul du carrefour de Ramelot dont on peut suivre le "tour de taille" à 1,5m du sol depuis la fin du XIXe : le botaniste namurois Jean Chalon cite 430 cm en 1905; l'Administration des Eaux et Forêts, 486 cm pour une hauteur de 16m en 1977; la Région wallonne (n°28311, Beltrees), 487 pour 15m en 1997; en 2014, 503 cm; aujourd'hui, j'ai mesuré 508 cm.
    Le tilleul est complètement creux (en 1973, on avait voulu y couler du béton
    pour le renforcer), même s'il paraît en parfaite forme et en impose toujours. Le site a été classé en 1973 (AR du 22/1), sans que cela ait changé quoi que ce soit dans la petite commune de Ramelot (on voulait, m'a dit l'ancien bourgmestre, protéger le site par un grillage, couler du béton, tailler...).

    Capture d’écran 2020-11-03 à 19.10.13.png

    Ensuite la Région à son tour a classé l'arbre parmi les arbres remarquables de Wallonie, le 13 août 1999, et le considère en bonne santé. Il continue à croître... lentement.
    Les mesures des 25 dernières années, qui sont fiables, indiquent que la circonférence augmente d'environ 1cm par an.
    Plein de vie, il absorbe petit à petit la base du crucifix qui y est apposé. La circonférence de son tronc (508 cm) en fait le plus gros et vraisemblablement le plus vieux des arbres remarquables de l'Entité.
    C'est donc à juste titre qu'il est emblématique de Ramelot dont il fait la fierté.
    Les villageois ont perçu dans cette résilience un pouvoir protecteur, voire une bienveillance réconfortante. Parmi les nombreux secrets qu'il nous dissimule, figure son âge.
    Combien de printemps ses fleurs ont-elles embaumés ? La notice de présentation apposée à son pied est à ce sujet aussi précise que douteuse : il avait 325 ans en 1973.
    Il est
    indéniablement très ancien, mais aucun document ne confirme cette évaluation (Un arbre est déjà représenté sur la carte de Ferraris).
    Voilà donc
    un des secrets qu'il faudra percer ! Poursuivons notre promenade.

    Capture d’écran 2020-11-03 à 19.09.42.pngAu centre de Ramelot, un autre tilleul monte la garde devant l'église Notre-Dame.
    Un très bel arbre, élancé, appuyé sur un tronc imposant. Il est nettement plus jeune, mais de belle allure; peut-être a-t-il succédé à un plus ancien ?
    Depuis l'Antiquité on attribuait souvent au tilleul un caractère féminin (Dans les Métamorphoses, le poète latin Ovide raconte comment Baucis, l'épouse de Philémon, est transformée en tilleul) qui s'est prolongé dans cette association chrétienne à la Vierge.
    L'église a été fermée lors de l'annexion française en 1795 et resacralisée en 1841. La plantation de ce tilleul est sûrement postérieure.

    (photo L. Pauquay)

    On se dirigera ensuite vers la Tombe pour découvrir le tilleul qui coiffe le tumulus. La RW l'a placé en 6e position parmi les tilleuls remarquables de la commune. Les mesures qu'elle fournit en 1997 sont une circonférence de 395cm et une hauteur de 23m. La coutume était de planter un arbre, souvent un tilleul, au sommet d'un tumulus. Le tumulus se trouve bien sur le territoire de Ramelot, délimité dès 1804 sur le Plan Primitif de Ramelot, ainsi que sur les autres cartes du XIXe; généralement il est surmonté d'un arbre désigné par "arbre de Ramelot", voire "arbre d'Abée".

    ramelot.JPGVue hivernale (A. Louviaux)

    A Abée

    Le tilleul est aussi le symbole de la force protectrice du seigneur lorsque, perché sur une petite butte, il annonce l'entrée du château d'Abée.
    Rappelons que sa majestueuse stature et sa résistance aux tempêtes le désignaient pour former des alignements imposants qui encadraient l'accès aux châteaux; ainsi la drève intégrée dans l'enclos du jardin du château d'Abée (rue du Château d'Abée).
    Le vénérable tilleul cornier du Château d'Abée. Il marque le coin ("cornier") du parc et précède la double bordure de tilleuls plus jeunes. On remarque que son tronc se ramifie très bas.

    Capture d’écran 2020-11-03 à 19.09.29.png

    (Photos A. Louviaux)

    A Scry

    Capture d’écran 2020-11-03 à 19.09.07.pngUn arrêt s'impose sur la place pour admirer les deux tilleuls qui encadrent le porche du Prieuré. Le porche de cet ancien presbytère a été construit en 1792.

    Les deux tilleuls sont nettement plus récents. Ils ont été habilement taillés et conduits pour associer leurs frondaisons. Pierre locale grise et tilleuls verdoyants réunis dans la méditation sur la vie et la mort ! (Photo A. Louviaux)

    A quelques centaines de mètres, sur la droite de la rue de Tillesse, une longue drève abrite le chemin privé du domaine de Tillesse. Si les arbres sont encore jeunes, on admirera l'esthétisme du paysage qu'ils composent : la douceur du vert tendre du feuillage et l'ombre bienfaisante invitent le voyageur sur la voie de la sérénité.

    Capture d’écran 2020-11-03 à 19.08.52.png

    (Photo Sivh)

    Le tilleul marquait souvent les limites territoriales de la seigneurie: l'Arbre d'Abée, comme l'appellent certaines cartes anciennes, désignait l'ancêtre du tilleul qui couronne la Tombe et annonçait probablement le domaine d'Abée.
    (Le tige de Linchet était une "bruyère" où couraient les moutons. Le bois de Forkechamps, venant de Linchet, ne dépassait pas le tracé de l'antique voie romaine. La Tombe était donc bien visible dans toutes les directions.)

    Au rond-point de Fraineux, un tilleul
    (actuellement dans le parking d'un restaurant), avait le même rôle en bordure de la Chaussée de Liège à Terwagne.
    Le tilleul (disparu) de Pet au Bou (Voir l'article bien documenté de M. Ponthier (Tinlotblog, 30/4/2020) à Fraiture signalait la limite entre Fraiture, Ellemelle et Seny.

    A Soheit-Tinlot

    Le hameau de Tinlot tire son nom de celui du tilleul (tiliolus) dont l'abondance dans le domaine (privé) du château de Tinlot justifie à elle seule cette filiation.

    Capture d’écran 2020-11-03 à 19.08.43.pngLa carte de Ferraris (1770-78) permet d'identifier : du côté droit, la Chaussée de Liège à Terwagne (Rue du Centre; à droite) au centre, le château et en haut à gauche, la ferme de Herstal. Deux drèves rejoign(ai)ent la Chaussée : la première s'en détachait à la sortie de Tinlot, avant l'unique construction, et comptait une vingtaine de tilleuls dont il ne reste que 4 (grosses) souches. L'autre allée longeait le jardin du château et continuait jusqu'à la ferme du château.

    Un tilleul planté à côté de l'entrée de la ferme indiquait qu'elle était propriété du châtelain.
    Une troisième drève, sur la gauche de la Chaussée (hors de l'image, en bas), était (et est toujours) bordée de hauts tilleuls; elle descendait vers la Bonne et un four à chaux (actuellement elle longe le zoning).

    Tillesse, nous l'avons dit, est intimement lié au(x) tilleul(s) depuis au moins six siècles. Cette terre, qui appartenait au chapitre de Saint-Lambert, avait été offerte aux soeurs du Val Notre-Dame qui en tiraient des revenus; ce n'est qu'au XVIIIe que de riches Supérieures transformèrent la ferme en résidence d'agrément. A Tillesse, on garde encore le souvenir de quelques très vieux tilleuls, moribonds en 1986; ils ombrageaient le jardin de la villa de Tillesse, centre de la paroisse, disparue vers 1750, de Notre Dame du Carmel, où les Dames du Val Notre-Dame venaient faire une reposante "cure de tilleul".

    La toponymie a aussi conservé le souvenir d'autres arbres disparus et oubliés : sur le plan cadastral primitif de Soheit-Tinlot (avant 1829), la section C (entre la rue de l'Eglise et la rue du Montys) y est désignée par "Section C, dite du Tilleul"; on n'y trouve cependant aucune trace d'arbre, ni sur la carte ni sur le terrain. Autre disparu, encore représenté sur le Plan Primitif de Soheit, le Gros Tilleul du carrefour de l'actuelle rue Haute Barrière.

    Capture d’écran 2020-11-03 à 19.08.33.pngLe Gros Tilleul marquait le carrefour entre l'actuelle rue Haute Barrière (en bas, appelé Chemin de Soheit), le Chemin de Scry (à gauche) et l'actuel chemin de remembrement (en haut à gauche, appelé Chemin des Morts) et le chemin du Doyard (à droite).
    Sur l'extrait du plan cadastral reproduit, il se trouve sous la parcelle B66.
    Remarquons que, dans le passé, dans nos villages, sans noms de rue ni numéro de maison, les appellations descriptives tirées de la nature étaient précieuses (le Gros Tilleul, le Pommier Sauvage, le Chêne Fourchu...) et révélatrices de notre identité wallonne (li cwèrnowe têre, al longue haye...).

    A Seny

    On pense immédiatement au Baty, le centre historique du village, qui a conservé tout son charme dans sa forme actuelle, malgré la création de la route de Hamoir vers 1850. Cette place est bordée de rangées d'arbres qui associent différentes essences dont des tilleuls qui ne font pas partie des arbres remarquables reconnus. Mais le village compte également cinq grands tilleuls reconnus comme remarquables par le RW en 1997, dont :

    1. 1)  375cm de circ. pour 27m (n°40/3), Rue Hayoulle;

    2. 2)  373cm de circ. pour 28m (n°40/6), Rue Hayoulle;

    3. 3)  373cm de circ. pour 22m (n°43/1), près de la N66

    Ils se dressent dans des propriétés privées, comme le Prieuré, rue Hayoulle, et sont inaccessibles. L'un d'eux est d'ailleurs complètement mort.

    A Fraiture

    Le développement de l'habitat et la disparition du château ont brouillé les pistes de notre recherche. Pourtant le tilleul est intimement lié au patrimoine cher aux villageois : la Ferme Demoitié, ou plutôt la Ferme des Trois Tilleuls, le Dzy, l'Herber(a)in... Un Fraiturois de souche deviendrait vite volubile ! Dans son roman emblématique de Fraiture, Le Dzy, Joseph Demoulin
    (Joseph Demoulin (1825-1879) développe (romance) dans la première partie de son roman la vie mouvementée d'un Fraiturois, Paul Derenne, qui aurait (le conditionnel a son importance ! vécu dans le village entre 1770 et 1830. Injustement condamné, il aurait pris le maquis et, véritable Robin des Bois local, aurait défendu les pauvres villageois contre l'arbitraire des nobles et du clergé. Le roman, d'une lecture agréable et instructive sur la vie quotidienne au XIXe, a été réédité en 1974 par le SI de Fraiture)

    situe une partie de l'action dans la Ferme des Trois Tilleuls. Nous voici Rue de la Vieille Forge dans les années hollandaises précédant 1830. Y avait-il trois tilleuls ? S'agissait- il de trois arbres du parc du château tout proche dont le propriétaire possédait également la ferme ? Ou d'une fiction de l'auteur ? Aucun indice n'apparaît dans le roman écrit en 1874, ni actuellement sur le terrain.

    Capture d’écran 2020-11-03 à 19.26.56.pngLa Région wallonne reconnaît trois tilleuls remarquables dans le village
    (Voir la liste sur le site Beltrees et la localisation sur la carte Arbres remarquables dans walonmap. Les mesures citées sont celles de 1997) ; ils se trouvent dans l'ancien domaine du Château Neuf, qui accueille maintenant le camping, et sont de taille assez semblable :

    1°  377cm de circ. pour 30m de haut (n° 44/3 dans le recensement de la RW);

    2°  340cm de circ. pour 27m (n° 44/6);

    3°  320cm de circ. pour 21m (n°44/7).

    Le plus imposant des tilleuls (1°) du parc du Château Neuf détruit par un incendie en 1963. Il se dresse derrière le périmètre des fondations, sur la droite. Le tronc, vraiment impressionnant et bien vigoureux, porte une petite potale abritant la Vierge.

    Sur le relevé réalisé en 1997 par la RW ( ci- dessus, 1° - n° 44/3), la circonférence à 1,5m du sol mesure 377cm. En ce mois d'août 2020, elle en est à 402cm, soit une croissance de 25cm en 23 ans.
    C'est la même croissance annuelle que le tilleul du carrefour de Ramelot. 
    (Photos L. Pauquay)

    Capture d’écran 2020-11-03 à 19.27.05.pngLa ramure se développe sur un tronc assez court et s'étend librement... Le feuillage abondant clôt l'espace du parc avant le vallon d'un étang disparu.
    Peut-être celui du roman de Joseph Demoulin.
    Notons encore que Fraiture compte une Rue du Tilleul, qui relie la Rue de la Vieille Forge à Fraiture à la Rue Hayoulle à Seny.
    Ce chemin, qui s'appelait Ruelle du Tilleul sur le Plan Primitif au début du 19e s., a subi de profondes altérations.
    Où se trouvait ce tilleul ? Au départ de Fraiture, sur une placette disparue ? Ou bien s'agit-il du tilleul qui marque la limite avec la Rue Hayoulle à Seny (n°40/6 ; 373cm, 28m.) ?

    Je remercie Marcel Ponthier et Vincent de Laminne de nous avoir fait partager leur connaissance enthousiaste de leur village, Fraiture et Soheit-Tinlot.

    L. Pauquay 2020
    Article publié dans la revue communale, T4S automne 2020.

     

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Histoire locale, Patrimoine