Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseils pratiques

  • 2021, à vos agendas !

    2021: voici tous les congés scolaires et jours fériés de cette nouvelle année

    Jours fériés

    Vendredi 1er janvier : Jour de l’an

    Dimanche 4 avril : Dimanche de Pâques

    Lundi 5 avril : Lundi de Pâques

    Samedi 1er mai : Fête du travail

    Jeudi 13 mai : Ascension

    Dimanche 23 mai : Dimanche de Pentecôte

    Lundi 24 mai : Lundi de Pentecôte

    Mercredi 21 juillet : Fête nationale

    Dimanche 15 août : Assomption

    Lundi 1er novembre : Toussaint

    Jeudi 11 novembre : Armistice

    Samedi 25 décembre : Noël

    Congés scolaires

    Congés de détente (Carnaval) : du 15 au 19 février 2021

    Vacances de printemps (Pâques) : du 5 au 16 avril 2021

    Congés d’été : du jeudi 1er juillet au mardi 31 août 2021

    Congés d’automne (Toussaint) : du 1er au 7 novembre 2021

    Congés d’hiver (Noël) : du 27 décembre au 8 janvier 2022

    Sudinfo

    Inscriptions en première année du secondaire.

    Sept jours de plus pour inscrire votre enfant. Crise sanitaire oblige, les parents auront une semaine de plus (1er février au 5 mars) pour agir

    Capture d’écran 2020-12-30 à 11.39.39.png

    Plus d'infos: le service d’aide aux inscriptions auquel les parents peuvent s’adresser par e-mail (inscription@cfwb.be) ou téléphone (0800/188.55, appel gratuit).
    La Meuse du 30 décembre

  • Attention à ce que vous allez faire jeudi soir: voici ce que vous risquez en cas de non-respect des règles durant la nuit du Nouvel-An

    ►► Lockdown Party ou rassemblements familiaux pour les fêtes : quelles différences ?

    Voici quand la police pourra rentrer chez vous
    Enfin, concernant les visites domiciliaires, soit le fait d’entrer dans une habitation privée pour rechercher et constater des infractions aux mesures anti-Covid, la police ne pourra y avoir recours qu’à certaines conditions strictes, prévues par la circulaire du Collège des procureurs généraux. La police, pour entrer, doit ainsi premièrement bénéficier du consentement écrit et préalable de la personne qui réside dans ce lieu.
    Deuxièmement, si elle constate une infraction aux mesures en flagrant délit, la police pourra éventuellement pénétrer dans les lieux mais uniquement si elle dispose de l’accord préalable du procureur du Roi. « Car il y a une condition de proportionnalité à apprécier et le magistrat doit pouvoir vérifier s’il y a des indices sérieux qui laissent penser qu’une infraction est en train d’être commise. »
    « Respecter l’interdiction de rassemblement et le couvre-feu est essentiel pour maintenir – tous ensemble – l’épidémie sous contrôle », insiste Johan Delmulle, président du Collège des procureurs généraux. « Notre mission et notre devoir sociétaux consistent à continuer à y veiller scrupuleusement, dans l’intérêt de chacun et par respect pour ceux qui suivent les règles. »
    Sudinfo

  • Ce qui va changer le 1er janvier!

    Zone 30, pensions, congé de paternité, droit passerelle, SNCB, Proximus… Voici  ce qui va changer le 1er janvier!

    Zone 30, pensions, congé de paternité, droit passerelle, SNCB, Proximus… Voici tout ce qui va changer le 1er janvier!
    123RF
     
    Les vieux matelas acceptés gratuitement dans les recyparcs
    La responsabilité élargie du producteur (REP) pour les matelas entrera en vigueur le 1er janvier. À partir de cette date, les consommateurs devront s’acquitter d’une contribution environnementale à l’achat d’un nouveau matelas mais pourront rapporter gratuitement les anciens au recyparc.
    La contribution environnementale, dont le montant varie selon le type et la taille du matelas, sert à couvrir les coûts de collecte, de traitement et de démantèlement des matelas usagés. Cette contribution permet également de financer la recherche et le développement en matière d’écoconception de nouveaux matelas.L’introduction d’une REP pour les matelas signifie que tout producteur et importateur de matelas doit assumer le flux de déchets généré par la vente de matelas en Belgique. Ils doivent prendre en charge les frais de collecte et de traitement et atteindre les objectifs définis légalement en matière de collecte et recyclage.

    Introduction de nouvelles plaques commerciales
    Quatre nouvelles plaques d’immatriculation seront introduites le 1er janvier et remplaceront les actuelles plaques essai ZZ et les plaques marchand Z : une professionnelle, une marchand, une essai et une nationale. Ces quatre plaques présentent un fond blanc ainsi qu’une combinaison de chiffres et de lettres de couleur vert mousse.
    La nouvelle plaque essai sera valable pendant un an, du 1er janvier au 31 décembre inclus. Elle a pour objet la réalisation d’essais sur route visant une homologation nationale ou européenne de véhicules, de systèmes, de composants ou d’unités techniques de véhicules, précise l’association inter-régionale Viapass.
    Elle commence par un Y suivi de trois lettres et de trois chiffres.
    La plaque professionnelle (exemple : V-AAA-001) est destinée aux carrossiers et aux réparateurs de véhicules. Ils peuvent utiliser la plaque minéralogique un maximum de cinq jours -pas forcément consécutifs- chaque année pour un même véhicule, par exemple pour lui faire passer un contrôle après réparation.
    La plaque marchand (exemple : Z-AAA-001) est destinée aux grossistes et détaillants en véhicules, qui peuvent l’utiliser à des fins de promotion et de vente de véhicules.
    La plaque nationale (exemple : UA-21-AAA) sera valable pendant vingt jours calendrier d’affilée. Des personnes physiques ou morales peuvent l’utiliser pour livrer un véhicule ou se rendre avec lui au contrôle technique.

    Des tarifs simplifiés pour le contrôle technique en Wallonie
    Au 1er janvier 2021, les grilles tarifaires du contrôle technique vont être simplifiées en Wallonie. Actuellement, elles comptent plus de 30 tarifs différents pour un contrôle périodique et plus de 10 sont appliqués pour un contrôle d’occasion.
    Le tarif pour les contrôles périodiques sera fixé à 48 euros pour les voitures et à 62 euros pour les camionnettes. Pour les contrôles des véhicules d’occasion, la redevance sera de 72 euros tant pour les voitures que pour les camionnettes. Une réduction de 5 euros sera par ailleurs accordée pour les véhicules 100 % électriques.

    Les ustensiles plastiques à usage unique interdits dans les établissements en Wallonie
    Dès le 1er janvier prochain, l’utilisation des ustensiles en plastique à usage unique sera interdite dans les établissements ouverts au public en Wallonie. Il s’agit de lutter contre les déchets, économiser les ressources et favoriser la propreté publique.
    Sont concernés les récipients pour boissons, pailles, couverts, bâtonnets mélangeurs, récipients alimentaires, assiettes et tiges pour ballons en plastique à usage unique.
    Les établissements ouverts au public concernés sont les établissements horeca (restaurants, snacks, hôtels, brasseries, cafés, friteries, sandwicheries…), les cafétérias/cantines d’entreprises, cantines scolaires, cafétérias club sportif, les marchands ambulants (marchés, évènements, etc.), les biens et services fournis dans le cadre d’évènements, y compris les concerts et les animations culturelles et les dégustations culinaires offertes aux clients dans certains magasins.

    Les tarifs sociaux de l’énergie en hausse
    Les tarifs sociaux pour l’énergie seront en hausse au 1er janvier 2021, de 10 % pour l’électricité et de 15 % pour le gaz naturel.
    Les tarifs sociaux sont les plus bas du marché. Ils sont octroyés à des personnes ou ménages aux moyens limités comme des personnes handicapées ou recevant le revenu d’intégration.
    Les tarifs sociaux suivent les prix du marché. Les hausses de prix des tarifs sociaux sont toutefois plafonnées.
    La CREG (Commission de Régulation de l’Electricité et du Gaz) fixe ces taux tous les trimestres, contre tous les six mois auparavant. Les fluctuations de prix sont dès lors suivies plus rapidement.

    Les voitures de société taxées plus lourdement
    Les véhicules de société seront plus lourdement taxés à partir de 2021. C’est une conséquence de l’ajustement annuel de la norme CO2 dans le calcul de l’avantage imposable.
    Quiconque reçoit une voiture de société de son employeur ou de son entreprise et peut également utiliser celle-ci pour ses déplacements domicile-travail et ses déplacements privés est imposé sur cet avantage. L’impôt n’est pas calculé sur la prestation effective, mais sur une somme forfaitaire : l’avantage en nature.
    L’un des éléments de cette formule de calcul est les émissions de CO2. Concrètement, cela se fait en comparant les émissions de la voiture de société avec les émissions moyennes des voitures nouvellement immatriculées.
    Puisque les voitures sont devenues plus respectueuses du climat, ces émissions de CO2 de référence sont désormais également en baisse, selon les chiffres du SPF Finances. Pour les diesels, ce chiffre passe de 91 à 84 grammes de CO2 par kilomètre, pour les voitures à essence de 111 à 102 grammes.
    Cela signifie que les conducteurs d’un véhicule utilitaire voient l’avantage imposable augmenter, ce qui signifie qu’ils devront payer plus d’impôts.
    Le montant de l’avantage imposable dépend également de la valeur catalogue et de l’âge du véhicule.

    Le mécanisme « cash for car » disparaît définitivement
    La mesure « cash for car » ne sera plus en vigueur à partir du 1er janvier prochain, après l’annulation de la loi par la Cour constitutionnelle au début de l’année.
    Le système « cash for car » permettait aux Belges d’échanger leur voiture de société contre un montant net mensuel pouvant s’élever jusqu’à 700 euros. Il constituait l’un des points de l’accord de l’été 2018 du précédent gouvernement, qui voulait lutter contre les embouteillages et inciter les travailleurs à opter pour des moyens de transport plus respectueux de l’environnement.
    En 2019, les syndicats FGTB et CSC ainsi que plusieurs organisations avaient introduit un recours en annulation. Les requérants dénonçaient le fait que « pratiquement aucune cotisation sociale ni impôt ne sera prélevé sur cette rémunération ». Ils estimaient aussi que cette législation ne résoudrait pas les problèmes de mobilité durable, de qualité de l’air ou de réchauffement climatique.
    La Cour constitutionnelle a finalement annulé la loi en janvier dernier, estimant que « certains aspects de la mise en œuvre concrète (de la loi) posent problème au regard des principes constitutionnels d’égalité et de non-discrimination ».

    Bruxelles et sa région passent en zone 30 km/h
    A partir du 1er janvier 2021, la limite de 30km/h deviendra la règle en région bruxelloise. Certains axes structurants seront néanmoins considérés comme des exceptions. La vitesse y sera limitée à 50 ou 70 km/h, à condition d’y trouver une indication spécifique.
    Par ailleurs, dans les zones de rencontres, la vitesse autorisée sera de 20 km/h.
    Tous les habitants de la région capitale auront reçu dans leur boîte aux lettres, au courant du mois de décembre, un document explicatif de ce changement fondamental. « Vous doutez de la vitesse à laquelle vous pouvez roulez ? La règle, c’est 30, sauf indication contraire », précise Elke Van den Brandt (Groen), la ministre bruxelloise de la Mobilité.
    Un site didactique est également créé à disposition du grand public sur www.ville30.brussels.

    Les langes ne peuvent plus être jetés dans les déchets organiques
    A partir du 1er janvier, en Wallonie, les langes devront être jetés avec les déchets résiduels et non plus avec les déchets organiques, à cause des matières plastiques non biodégradables dans leur composition.
    Cela évitera la pollution du compost par les micro-plastiques et de devoir retirer ces langes des déchets organiques après collecte, ce qui avait également un impact économique.
    Les intercommunales Wallonnes ont publié des messages en ce sens sur leur site internet pour sensibiliser la population. Du côté d’Intradel, on précise que certaines communes franchiront le pas au 1er janvier 2021 tandis que d’autres, dont Liège, prévoient cette adaptation en janvier 2022.
    A Bruxelles, les langes n’étaient déjà pas autorisés dans les sacs oranges de déchets organiques.

    Adaptation des tarifs pour les timbres-poste
    Bpost adaptera ses tarifs pour les timbres à partir du 1er janvier.
    Un timbre-poste Non Prior (distribution dans les 3 jours ouvrables), coûtera 1,07 euro par 10 et 1,10 euro à l’unité. Le timbre Prior (avec distribution le jour ouvrable suivant) passera à 1,57 euro par 10 et 1,60 euro à l’unité, précise bpost.
    Par ailleurs, le tarif pour affranchir un envoi normalisé vers l’Europe sera de 1,85 euro à l’achat de minimum cinq timbres et 1,91 euro à l’unité. Hors Europe, le tarif international passera à 2,07 euros dès cinq timbres et à 2,13 euros à l’unité.
    « Conformément aux années précédentes, la hausse tarifaire moyenne pour 2021 de tous les produits de courrier national sera d’environ 6 % », indique l’entreprise, qui précise que l’impact sur le budget mensuel des ménages restera limité, avec une hausse de 0,2 euro.

    Allongement du congé des pères ou co-parents après une naissance
    Le congé des pères et co-parents à la suite d’une naissance passera de 10 à 15 jours dès janvier. Cinq jours supplémentaires seront encore ajoutés à partir de 2023.
    Les pères, ou co-parents, pourront prendre ces jours dans les quatre mois suivant la naissance de leur enfant.
    Par ailleurs, le congé de paternité et de naissance accordé aux travailleurs indépendants, aidants et conjoints aidants passera également de 10 jours (ou 20 demi-jours) à 15 jours (ou 30 demi) à partir du 1er janvier 2021. En janvier 2023, ces 15 jours seront de nouveau revus à la hausse, pour être amenés à 20 jours (ou 40 demi), comme prévu dans l’accord de gouvernement.

    Nouveau dispositif de droit passerelle
    Un nouveau dispositif de droit passerelle entrera en vigueur au 1er janvier, comme annoncé début décembre par le ministre des PME et des Indépendants David Clarinval (MR). Le dispositif d’aide aux indépendants ne devra plus être prolongé de mois en mois en fonction de l’évolution de l’épidémie de Covid-19.
    Deux dispositifs existaient jusqu’ici : le double droit passerelle de crise, qui a été prolongé pour décembre, et le droit passerelle de soutien à la reprise.
    Le nouveau dispositif se base sur deux piliers. Le premier, qui établit une mesure temporaire de crise pour indépendants contraints d’interrompre totalement leur activité, entrera en vigueur le 1er février. Le second permettra dès le 1er janvier d’offrir une aide aux indépendants n’ayant pas pu bénéficier précédemment ni du droit passerelle de crise 2020, ni du droit passerelle de soutien à la relance. Cela concerne notamment les professions libérales.
    L’indépendant devra notamment démontrer une diminution de 40 % de son chiffre d’affaires au cours du mois civil précédant celui pour lequel la prestation financière est demandée par rapport au même mois civil de l’année de référence 2019.

    Hausse salariale pour 470.000 employés
    Quelque 470.000 employés de la commission paritaire 200 (le groupe d’employés le plus important en Belgique) bénéficieront d’une hausse salariale de 0,95 % en janvier 2021, selon le prestataire de services RH Acerta.
    Cela signifie une hausse par rapport au 0,8 % d’il y a un an.
    L’office belge de statistique Statbel a calculé l’inflation en décembre à 0,41 %. Pour l’ensemble de l’année, le taux d’inflation est de 0,74 % en Belgique. Le taux d’inflation est un élément essentiel pour le calcul des salaires.
    L’indexation des salaires dans notre pays diffère d’un secteur à l’autre. Pour certains secteurs, cela se produit presque tous les mois, pour d’autres par trimestre, six mois ou un an. Pour la majorité des salariés, cela se produit en janvier.
    Les salaires de plusieurs groupes de travailleurs sont indexés chaque année au premier janvier (CP200, secteur alimentaire, commerce, assurances, etc.). Il s’agit d’une adaptation au coût de la vie, et non d’une augmentation salariale à proprement parler.

    Proximus revoit certains tarifs à la hausse
    Comme l’an dernier, Proximus adaptera certains de ses tarifs à la hausse lors du passage à l’an neuf. Les packs Tuttimus, Familus et Minimus seront notamment plus chers.
    Dans le détail, les packs Familus/Tuttimus (sans contenu TV et sans abonnement mobile) passeront de 70,50 à 72 euros, soit plus 1,50 euro/mois ou 18 euros/an.
    Par ailleurs, l’augmentation sera limitée à 1 euro/mois pour les packs Minimus (61 euros/mois à partir du 1er janvier 2021), Internet+TV (61 euros) et Telephony+TV (44,99 euros). Idem pour les connexions Internet Comfort (44,99 euros) et Maxi (50,99 euros).
    Aucune augmentation n’est prévue pour les abonnements mobiles. Ce qui n’est pas le cas pour la ligne fixe. Son tarif standard passera de 23,63 euros à 24,13 euros, en hausse de 50 cents/mois ou 6 euros/an. Le prix d’un appel national à partir de la ligne fixe s’élèvera, lui, à 23 cents au lieu de 18.

    Les pass de la SNCB disponibles en version digitale
    Dès janvier les voyageurs pourront acheter, via l’application SNCB, une version numérique des pass à compléter, à savoir les Standard Multi, Youth Multi et Local Multi.
    Le pass devra être complété préalablement sur le smartphone puis présenté à distance à l’accompagnateur de train.
    Dans le but d’encourager le plus possible l’utilisation des pass digitaux à compléter, ceux-ci seront moins chers que leur version papier dès l’entrée en vigueur des adaptations tarifaires annuelles en février 2021. Un pass « Standard Multi » numérique coûtera trois euros de moins que sa version papier, un « Youth Multi » deux euros de moins et un « Local Multi » un euro de moins.

    Hausse des accises sur le tabac
    Le prix du paquet de cigarettes va augmenter l’an prochain, ainsi que les années suivantes. Le prix d’un paquet de cigarettes (20 pièces) passera ainsi à 7,50 euros en 2021 (contre 6,80 actuellement).
    L’impact sur un paquet de 50g de tabac à fumer sera une augmentation de 1,47 euro : un paquet de 9,70 euros en 2020 coûtera 11,17 euros en 2021.
    Cette évolution, dont le but est d’encourager la diminution de consommation, fait partie d’une série de mesures fiscales validées par le gouvernement fédéral. Une augmentation supplémentaire des accises sur les produits du tabac est prévue pour les années 2022, 2023 et 2024.

    Première phase du relèvement des pensions les plus basses
    Les pensions les plus basses connaîtront un relèvement progressif dont la première phase débute ce 1er janvier 2021. Ce relèvement s’accomplira en quatre phases, à chaque premier janvier de 2021, 2022, 2023 et 2024.
    Près de 815.000 citoyens bénéficieront de l’augmentation du montant de leur retraite à partir du 1er janvier. La hausse de la pension minimum vers 1.500 euros nets pour une carrière complète, telle que prévue dans l’accord de gouvernement, s’applique aux travailleurs salariés, aux travailleurs indépendants et aux travailleurs fonctionnaires statutaires, soit plus de 706.000 bénéficiaires. Le relèvement de la Garantie de Revenus Aux Personnes Agées (GRAPA) concerne quant à elle 106.000 personnes.

    Les allocations de chômage en hausse de 1,125 % par an
    Le gouvernement fédéral a décidé d’augmenter graduellement les allocations minimales de chômage pendant la législature. A partir du 1er janvier prochain, elles progresseront de 1,125 % à chaque nouvelle année, hors indexation automatique et enveloppe bien-être.
    Selon le ministre de l’Economie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne (PS), l’augmentation atteindra environ 16 % sur la législature, compte tenu des hypothèses d’indexation et de répartition de l’enveloppe bien-être.
    Au 1er janvier 2021, le minimum pour un cohabitant avec charge de famille progressera de 15,1 euros, pour atteindre 1.357,22 euros bruts mensuels. Pour un isolé, les allocations minimales de chômage progresseront de 12,37 euros, à 1.111,9 euros bruts mensuels.

    Sudinfo

  • Fraude informatique, qu’est-ce que le Pishing ou hameçonnage ?

    Qu’est-ce que le Pishing ou hameçonnage ? C’est une manœuvre frauduleuse destinée à leurrer l’internaute pour l’inciter à communiquer des données personnelles (comptes d’accès, mot de passe,…) et/ou bancaires en se faisant passer pour un tiers de confiance.
    Si vous êtes victime d’une telle pratique, n’hésitez pas à déposer plainte dans votre bureau de police. Avant le dépôt de plainte, collectez toutes les informations possibles (adresse mail utilisée par le tiers, adresse du site, identité fournie, numéro de gsm,…). Ces informations nous serons utiles pour faire un signalement.
    Ci-dessous, quelques éléments pour vous permettre de détecter un Pishing ou une tentative de Pishing
    131929090_213649820226637_3366174693726084754_o.jpg

    Source Facebook Commune de Tinlot et Police du Condroz

  • Ne ratez pas vos suppléments sociaux d’allocations familiales !

    En fonction des revenus du ménage, les allocations familiales peuvent faire l’objet de suppléments sociaux. Cet été, la ministre en charge du dossier, Valérie De Bue, avait demandé aux cinq caisses d’allocations d’envoyer une lettre à 400.000 Wallons pour attirer leur attention sur ce point. Avec le chômage partiel ou le droit passerelle liés à la crise sanitaire, certaines familles sont en droit d’y prétendre alors que ce n’est pas le cas en temps normal.

    « Les montants varient en fonction de la situation du ménage, monoparental ou non, du nombre d’enfants, de leur âge et de leur date de naissance qui détermine l’application de l’ancien ou du nouveau modèle », explique Anne-Michèle Wauthier inspectrice générale à l’AViQ, l’agence pour une Vie de qualité. La Région wallonne fait la distinction entre les enfants nés avant ou après le 1er janvier 2020, date de la réforme du système.

    JUSQU’À 112 € PAR MOIS
    Selon l’ancien modèle, le supplément pour un enfant seul de moins de 6 ans est de 49,75€. Avec deux enfants, le minimum est de 80€ par mois. «Avec le nouveau modèle, nous tenons compte aussi du fait qu’il s’agit d’une famille monoparentale (+20,40 €) ou qu’elle est nombreuse (+35,70 €). Le supplément pour un enfant oscille entre 56 et 112 € », chiffre notre interlocutrice.
    À l’issue du premier confinement, l’AViQ avait estimé qu’au moins 20.000 ménages étaient susceptibles de bénéficier de ces suppléments. C’est à peu près le nombre de dossiers qui ont été rentrés à la date de ce 1er décembre.
    Mais, le pays a été à nouveau confiné en partie depuis lors. Les magasins non essentiels, l’Horeca ou les professions de contact ont dû à nouveau cesser leurs activités. D’autres Wallons pourraient donc être concernés.
    Combien de milliers ? L’AViQ manque de données pour faire une nouvelle estimation.
    « Ces personnes doivent faire les démarches avant le 31 décembre. En cas de doute, elles peuvent contacter leur caisse d’allocations familiales », précise Anne-Michèle Wauthier.
    Si les bénéficiaires potentiels ne réagissent pas, les sommes ne seront pas perdues. « En 2022, les caisses seront informées sur la base des données des déclarations fiscales 2020 du SPF Finances du fait que certains ménages auraient dû les toucher. Elles paieront alors les suppléments dus ».
    YANNICK HALLET La Meuse du 17 déc.
  • Record d’appels au Centre Antipoison en 2020

    Capture d’écran 2020-12-14 à 11.07.53.png

     
    « Nous avons quinze médecins et/ou pharmaciens qui occupent notre permanence téléphonique », nous lance d’emblée Patrick De Cock. « L’année dernière, nous avons reçu 60.668 appels, cette année ce sera probablement près de 65.000, grâce en partie au Covid-19, et c’est le chiffre le plus élevé des 57 ans d’histoire du Centre Antipoisons ».
    Certes l’équipe est prête (elle fonctionne toujours avec 3 personnes en même temps) et elle s’adapte à toutes les situations. On téléphone au Centre Antipoisons pour des intoxications en tous genres… actuellement pour ne citer qu’un exemple, ce sont les intoxications à cause des châtaignes. Avant cela, c’était les champignons.
    La période des fêtes est toujours plus critique mais de manière « classique » en cette fin d’année : des appels pour des soucis d’alcool, d’intoxication, etc.
    Mais depuis le début de l’année, une nouvelle « donne » est venue s’ajouter à la liste : les intoxications dues au virus. Des appels, pour plusieurs choses. Ainsi, le centre a reçu des appels pour de graves lésions oculaires dues aux éclaboussures de gels hydroalcooliques chez les enfants. Ainsi, le directeur général adjoint du centre, Dominique Vandijck précise : « Nous tenons tout d’abord à souligner que les gels hydroalcooliques sont très utiles et nous ne voulons pas décourager leur utilisation, au contraire. Mais, néanmoins, soyez vigilants. En cas d’exposition, il est préférable d’appeler immédiatement le Centre Antipoisons et il est très important d’immédiatement bien rincer l’œil à l’eau tiède et pendant 15 minutes. Surtout, n’attendez pas que des plaintes telles que des douleurs et des irritations apparaissent ». Pourquoi les enfants sont-ils particulièrement touchés ? « Les distributeurs sont souvent placés à une hauteur telle que l’alcool peut facilement et directement atteindre leurs yeux », poursuit Patrick De Cock. Autre (nouvelle) raison des appels : le nombre d’accidents avec des produits chimiques ménagers a fortement augmenté. Notamment avec la javel ! 1.024 accidents ont déjà été recensés, soit 2 fois plus qu’une année « normale ».
    Enfin, au Centre Antipoisons, ce qui inquiète les médecins, ce sont les appels des personnes isolées (ou pas) en cette fin d’année et c’est clairement lié au virus. Des appels notamment pour des tentatives de suicide. Le centre, vu les chiffres actuels déjà, estime avoir plus de 4.000 appels liés au Covid : « Oui, nous avons quelques craintes pour les prochaines vacances », annonce encore le coordinateur en communication.
  • En Janvier, le facteur laissera une carte si votre sonnette est défectueuse !

    Avec le rush actuel, certains ont l’impression que le facteur ne prend parfois plus le temps de sonner pour délivrer son colis et préfère repartir en laissant une carte avertissant de son passage.

    B9725505203Z.1_20201211093405_000+G7TH7KS54.1-0.jpg

    Interpellée à la Chambre, Petra De Sutter, la ministre fédérale en charge de bpost, a rappelé que « la consigne est pourtant de commencer par sonner à la porte ».
    « Nous n’enregistrons pas une explosion de plaintes à ce sujet. Nous sommes dans le taux habituel qui très faible au vu du nombre de paquets », précise Fanny Charpentier, porte-parole de bpost. Une fois l’effervescence actuelle retombée, bpost va mener une campagne d’information auprès de ses facteurs pour leur rappeler les règles mais aussi auprès des Belges pour faciliter la réception des envois.
    « L’agent n’est pas forcément de mauvaise foi. La sonnette ne fonctionne pas toujours ou il n’y a pas de nom dessus alors que plusieurs personnes habitent dans l’immeuble », précise Fanny Charpentier. Face à ces situations, bpost est en train d’imprimer de petites cartes signalant les problèmes rencontrés au moment de la livraison. Ces cartes commenceront à être utilisées dans le courant du mois de janvier.

    Mettre son nom
    Pour rappel, la loi impose que le numéro de maison soit visible depuis l’endroit où se trouve la boîte aux lettres. Si ce n’est pas le cas, la boîte doit aussi afficher le numéro.
    « Même si ce n’est pas obligatoire, il est vivement conseillé d’indiquer le nom de tous les habitants sur la boîte aux lettres », préconise Fanny Charpentier, rappelant que l’on peut indiquer, sur le site de bpost, ses préférences pour laisser le colis sur place en cas d’absence, par exemple en le confiant à un voisin.
    « Quoi qu’il en soit, lorsque nous avons une plainte de ce type, nous avons toujours un contact avec le facteur concerné pour comprendre ce qui s’est passé et le cas échéant rappeler les règles. Nous sommes bien conscients qu’il est encore possible de s’améliorer », conclut notre interlocutrice.
  • Les SMS suspects peuvent désormais être transmis à suspect@safeonweb.be

    Capture d’écran 2020-12-13 à 16.13.31.png

    Bonne nouvelle ! Désormais, vous pouvez aussi envoyer les SMS suspects (ou les tentatives de smishing) à suspect@safeonweb.be. Il suffit de joindre une capture d'écran et nous bloquerons le lien dans ce message !

    Il y a quelques mois, nous avons déjà mis en garde contre une vague imminente de tentatives de smishing. Nous recevons toujours une centaine de signalements de tels messages frauduleux par jour. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez désormais transférer ces messages à suspect@safeonweb.be. Il suffit de prendre une capture d'écran et de la transmettre.  Notre technologie est capable de détecter les liens dans ces images. Si les liens renvoient vers des pages web malveillantes, nous pouvons faire bloquer ces pages.

    Les cybercriminels exploitent l’actualité pour titiller votre curiosité et vous faire cliquer sur des liens. En ayant recours au smishing, des escrocs font miroiter des choses liées à la crise du coronavirus. Les messages provenant soi-disant des autorités, d’une banque ou d’un service de livraison continuent eux aussi à tourner. En ce moment, des messages liés à la période de Noël circulent également : belles offres, idées de cadeaux, livraison de colis...

    Ne tombez pas dans le panneau et faites toujours preuve d’esprit critique.

    Que faire ?

    • Ne cliquez pas sur le lien dans un message suspect.

    • Si vous avez bel et bien cliqué sur ce lien, ne remplissez pas les champs apparaissant à l’écran et coupez toute interaction avec le site.

    • Vous pouvez transmettre les SMS frauduleux à suspect@safeonweb.be. Pour ce faire, il vous suffit de faire un capture d’écran et de l’envoyer à suspect@safeonweb.be. Le contenu de votre signalement sera ensuite traité de manière automatique.

    Apprenez à reconnaître les messages frauduleux

    Faites le test du phishing et apprenez à ne plus vous faire avoir

    Voir le site

  • Les étrennes des éboueurs compliquées: le porte-à-porte est interdit ! Soyez créatifs....

    L’Amaytois David Frison est éboueur depuis plus de 15 ans. Il travaille pour la société wanzoise Vanheede qui dessert une grande partie des communes de l’arrondissement de Huy-Waremme. David a en charge trois tournées : celles de Lincent, Saint-Georges et Amay.

    Chaque année, à l’approche des fêtes, avec ses collègues, dans ces 3 communes, il collecte les étrennes de fin d’année. Une tradition ancestrale qui permet à la population de remercier les éboueurs pour le travail difficile et ingrat qu’ils accomplissent par tous les temps. Et dans des conditions qui sont encore bien plus compliquées cette année 2020 frappée par la crise sanitaire.

    Problème : suivant les mesures imposées par le gouvernement fédéral pour lutter contre la propagation du virus, le porte-à-porte est interdit. Pas question pour les éboueurs d’aller sonner aux portes et de demander la petite dringuelle de fin d’année. Que faire alors ?

    Pas d’assouplissement en vue ( mais vous pouvez être créatifs...)

    Récemment, lors d’une réunion en visio-conférence des 84 bourgmestres de la province de Liège avec le gouverneur Hervé Jamar, plusieurs bourgmestres de la province de Liège se sont inquiétés de cette situation. « Le gouverneur Hervé Jamar lui-même a reconnu qu’il y avait dans cette pratique un aspect humain à ne pas négliger. C’est un métier qui est loin d’être simple », note Jean-Yves Segers, son porte-parole.
    Il a promis de relayer cette préoccupation au niveau Fédéral : « A ce jour, nous n’avons pas encore obtenu de réponse », fait savoir Jean-Yves Segers. « Or, seul le Fédéral peut apporter un assouplissement de la mesure. Sans cela, l’interdiction du porte-à-porte reste d’application », a-t-il ajouté.

    En attendant, le bourgmestre d’Amay, Jean-Michel Javaux, a invité David Frison à se montrer créatif. « En indiquant par exemple les heures de leur passage pour que la population qui le souhaite puisse glisser une enveloppe dans la boîte-aux-lettres ou l’accrocher au containeur. Une formule innovante comme l’ont fait des associations caritatives. Il faut s’adapter tout en respectant les mesures », insiste-t-il.

    A Marchin et dans certains quartiers de Huy, les éboueurs ont glissé une enveloppe vide dans les boîtes-aux-lettres. Chacun est libre d’y laisser la dringuelle qu’il souhaite.
    Pour David Frison, pas question d’enfreindre les mesures. Mais il regrette le porte-à-porte « qui permet aussi de rencontrer les citoyens. Sans le porte-à-porte, on part vers l’inconnu », conclut-il. ».

    La Meuse H-W

  • Nouvelle carte d'identité: quelques changements importants

    129070203_203765257881760_3886104878862032001_o.jpg

    La nouvelle carte d'identité: quelques changements importants :
    La nouvelle carte eID reprend les empreintes digitales.
    Ce nouvel élément est ajouté afin de renforcer la lutte contre la fraude à l’identité. Les empreintes digitales figurent uniquement sur la puce sans contact de la carte (pas de banque de données centrale) et sont sécurisées.
    Seules les instances compétentes peuvent lire la puce sans contact. L'intégration des empreintes digitales est conforme au règlement européen 2019/1157 du 20 juin 2019 qui oblige les États membres à inclure les empreintes digitales sur leurs cartes d'identité.

    *  La photo se trouve à gauche et non plus à droite.
    *  Une image perforée de la photo figure à l’arrière de la carte.
    *  La puce de contact se trouve à l’arrière de la carte, ce qui nécessite d’insérer la carte d’une autre manière dans le lecteur de carte.
    *  La mention de la nationalité n’est plus « BELGE » mais « BEL », conformément aux normes ICAO.
    *  La carte a une autre nuance de couleurs.

    Les cartes eID actuellement en circulation seront remplacées à la fin de leur période de validité ou avant en cas de déclaration de perte, de vol ou de destruction de la carte, ou pour tout autre motif tel qu’une photo non ressemblante, un changement de nom,…
    Vous ne devez donc pas demander de nouvelle carte eID tant que vous avez encore votre ancienne carte et que celle-ci reste valable.
    A la fin de la période de validité de la carte, vous recevrez une convocation dans votre boîte aux lettres afin d’aller remplacer votre ancienne carte.
     
  • Les notaires lancent un coffre-fort numérique 

    Les notaires lancent Izimi, un coffre-fort numérique gratuit pour la gestion 100% sécurisée de vos documents importants, une gestion efficace de votre patrimoine, et qui garantit votre tranquillité d'esprit et celle de vos proches

    Capture d’écran 2020-11-30 à 14.24.14.png

    Tous les détails sur notaires.be

    Les notaires proposent un nouvel outil à destination des citoyens : un coffre-fort numérique gratuit baptisé Izimi « pour stocker les documents personnels importants », ont-ils annoncé samedi. Il s’agit d’une nouvelle étape vers la digitalisation des professions juridiques.
    « Izimi est avant tout un coffre-fort digital personnel où chaque citoyen peut stocker ses documents importants de manière centralisée : passeports, diplômes, documents concernant l’achat d’un bien immobilier, acte de crédit, contrat d’assurance de la maison… », précise notaire.be.
    « Les documents enregistrés ne sont transmis à personne, pas même aux autorités ou à d’autres entreprises. Les données personnelles des citoyens ne sont donc pas utilisées pour du ciblage publicitaire non désiré ».
    Les citoyens pourront, dans le futur, être alertés via Izimi de tous les changements législatifs importants qui les concernent, avancent encore les notaires.
    Dernier point à souligner, « après un décès, les héritiers ne devront plus chercher tous les papiers importants. Ils n’auront plus besoin de fouiller dans tous les tiroirs pour savoir ce que possédait exactement le défunt ». Grâce à Izimi, « le notaire peut veiller à ce que le contenu du coffre-fort soit transmis aux héritiers après le décès, sauf décision contraire du détenteur du coffre-fort ».
    Le projet sera pleinement accessible à partir de début 2021 via un site web et une application pour smartphone. Mais ceux qui le souhaitent peuvent déjà créer un coffre-fort via www.izimi.be et télécharger/partager des documents dans Izimi avec leur famille et/ou leurs amis.
    7Dimanche
  • Commune de Tinlot. Avis à la population

    127118403_199080251683594_8719904703928066545_n.png

    Suite à un problème informatique, les services de l'administration ne sont pas en mesure de recevoir vos emails.
    Le problème sera normalement réglé ce vendredi, au cours de la journée.
    Néanmoins, vous pouvez nous joindre par téléphone au 085/830.911.
    Merci pour votre compréhension.
    Commune de Tinlot
  • Bon à savoir. Dépannage serrurerie 24h/24 et 7j/7

    Capture d’écran 2020-11-06 à 18.35.59.png

    Depuis le 1er septembre, une nouvelle enseigne s’est installée au numéro 7 de la rue de Rôtisseurs à Huy, anciennement Afflelou. « Passe-partout serrurerie », tenu par Christophe Sommacal, propose un service de dépannage ouvert 7j/7 24h/24, et avec plus de 40 ans d’expérience.

    Ce Liégeois pur souche, propriétaire d’un autre commerce sur Liège, a choisi Huy pour établir son nouveau commerce de services. « Le métier de serrurier est celui qui ne déclinera jamais et où il y aura toujours de la demande, même la profession se fait de plus en plus rare », souligne le gérant. « J’ai choisi Huy pour la valorisation des commerces de proximité, ce qui n’est plus le cas à Liège mais nous intervenons partout sur l’arrondissement ».

    COFFRE-FORT
    « Passe-partout » propose également la vente, le conseil et l’installation de coffre-fort et portes blindées, serrures électriques et électroniques. « On va également proposer de la bagagerie, des montres, des piles et des petits gadgets ». Même si les commerces doivent rester fermés, « Passe-partout » continue le service dépannage et prochainement, un site en ligne sera mis à disposition de la clientèle. Hors confinement, la boutique est ouverte du mardi au samedi de 10h à 18h et joignable par téléphone au 0472/99.03.37

    La Meuse H-W du 2/11/2020

  • Passage des frontières, que faire?

    123757260_189737219284564_9147465870093574065_n.jpg

    Passage des frontières.  Je peux ou pas?
    Devant autant de règles en cette période de mesures renforcées contre le coronavirus, il y a de quoi être confus.
    C'est aussi le cas pour savoir si on peut passer les frontières et si oui, dans quel cas ?
    Puis-je encore faire mes courses en Allemagne ?
    Mes enfants peuvent-ils venir me voir depuis les Pays-Bas ?
    Le formulaire web "Crossing Borders", qui a été développé par l'Euregio Meuse-Rhin, répond facilement et rapidement à ces questions.