Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Climat

  • Dans les poussières du Sahara tombées sur la France, les traces d’essais atomiques d’il y a 60 ans

    3010043405.png

    Des courants chargés  de poussières en provenance du Sahara sont arrivés chez nous la semaine dernière
    Photo Fred l'Apiculteur (Voir l'article)

    Du vent chargé de sable du Sahara a atteint l’Europe à deux reprises en février, en colorant par endroits le ciel en tons orangés, vous vous en êtes peut-être aperçus.
    Le 6 février, ce sont les Français qui s’étaient retrouvés dans la poussière, surpris de ce dépôt de sable ocre sur la neige des Alpes, sur les pare-brise du sud de la France en Alsace...
    Les prélèvements effectués ont révélé que ces sables du Sahara contenaient de faibles quantités de Césium-137, mais avec une  trop faible teneur pour représenter un danger pour la santé.

    Des traces des essais nucléaires français, après 60 ans
    La première de ces expériences françaises dans le Sahara, l’opération "Gerboise bleue" remonte au 13 février 1960.
    Dans la région de Reggane, au sud de l’Algérie alors colonie française, sur le coup de 7 heures, la France fait exploser sa première bombe atomique, une bombe au plutonium de trois à quatre fois la puissance de celle d’Hiroshima.
    C’était la première expérience d’une longue série : il y aura en tout 57 essais nucléaires et expérimentations par la France dans cette région d’Algérie, entre 1960 et 1966...
    Des conséquences de grande ampleur
    L’histoire a montré à quel point ces propos étaient erronés. On estime qu’au moins 20.000 personnes vivaient dans cette région d’Algérie. La population locale y avait rapidement vu apparaître des pathologies inhabituelles. Les conséquences de la radioactivité s’y ressentent encore aujourd’hui. Des terrains y sont encore contaminés.
    Il a fallu un long combat des soldats vétérans de ces essais, victimes de cancers, et la déclassification de documents en 2013 pour découvrir l’étendue des retombées de ces expériences, plus lourdes et plus étendues que ce qui avait été admis à l’époque.
    La poussière orangée qui avait coloré le ciel de certains coins de France le 6 février dernier était certes jolie, mais elle portait la trace de cette contamination répétée, ravageuse et pérenne. Article complet à lire sur RTBF.be

    A lire sur France3 régions:
    Les poussières de sable du Sahara étaient porteuses de Césium-137, résidu d’anciens essais nucléaires français
    Quand un nuage de sable jaune orangé nous rappelle le passé.
    Du sable ramassé dans le massif du Jura a été analysé par un laboratoire près de Rouen en Normandie. On y retrouve des traces des essais nucléaires français au Sahara au début des années 60.

    Capture d’écran 2021-02-28 à 14.28.50.png

    2.273 km séparent à vol d'oiseau le sud algérien où la France a fait ses essais nucléaires dans les années 60, et Chapelle des Bois dans le Doubs où ont été prélevées les poussières sahariennes. 
    https://france3-regions.

    Imprimer Lien permanent 0 commentaire Catégories : Climat, Méteo