Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Elections Sociales, La CSC au-delà des 50%

La FGTB perd des plumes sur Liège-Huy-Waremme, la CSC conforte son leadership, la CGSLB progresse

Après la communication des résultats nationaux des élections sociales, les scores tombent concernant les enjeux locaux, dans un contexte de contestation assez tendu. Et sur Liège-Huy-Waremme, la CSC a consolidé sa première place acquise en 2012. Le syndicat chrétien a même dépassé la barre des 50% pour les résultats globaux. La FGTB, elle, poursuit son recul, avec quasiment moins 3%, tandis que le syndicat libéral poursuit son ascension tout en restant à distance raisonnable

capture ecran 2016-05-28 à 20.34.46.jpg

Sur l’ensemble du pays, la CSC a récolté 50,98% des voix dans les conseils d’entreprise (CE), la FGTB34,93% et la CGSLB 12,32%, a annoncé mercredi le ministre de l’Emploi Kris Peeters, sur base de 91,3% des résultats. Pour les comités pour la prévention et la protection au travail (CPPT), la CSC a réuni 51,80% des voix, la FGTB35,77% et la CGSLB 12,43% des suffrages.Au niveau liégeois, les chiffres sont les suivants:–CCPT. CSC: 50,86%; FGTB:44,61%; CGSLB: 4,54%.–CE. CSC: 49,32%; FGTB:43,99%; CGSLB: 4,31%.–Global. CSC: 50,25% (48,18 en2012); FGTB: 44,36 (47,42 en2012); CGSLB: 4,45% (contre3,84% il y a quatre ans).
Trois conclusions s’imposent.
Primo, le fait que la CSC franchisse la barre symbolique des 50% fait  d’elle la première force syndicale de la région. Un exploit lorsque l’on connaît le passé industriel liégeois, et donc l’ancrage plus profond de la FGTB.
Secundo, cette FGTB, même si elle reste une forme syndicale importante et plus radicale, est toutefois la grande perdante de ces élections sociales, avec un recul global de 3%. Le tout, combiné à une défaite dans des bastions comme ArcelorMittal (4 sièges pour la CSC au CE, contre deux à la FGTB).
Tertio, la CGSLB grappille toujours un peu plus de voix de travailleurs. Certes, le syndicat libéral n’est pas en mesure de titiller les deux autres, mais ses scores prouvent que les travailleurs ont peut-être envie d’autre chose, d’une autre manière de défendre leurs droits.-GASPARD GROSJEAN (La Meuse du 28 décembre)

Imprimer Lien permanent Catégories : Economie locale Condroz, Emploi, Société, Solidarité

Les commentaires sont fermés.